4 hôpitaux promis à Touba, Kaffrine, Sédhiou et Kédougou lors du message à la Nation de 2016 : Toujours pas l’ombre d’un bâtiment

Sauf autorisation préalable, la reprise totale ou partielle d'un article sur ce site est formellement interdite.

= 498

Lors de son message à la Nation pour le nouvel an, au soir du 31 décembre 2016, le président de la République avait promis pour 2017 la construction de 4 nouveaux hôpitaux dans les villes de Touba, Kaffrine, Sédhiou et Kédougou.

Il avait également annoncé l’acquisition de 15 ambulances médicalisées et le renforcement du système d’approvisionnement en médicaments grâce à l’initiative « Yeksi naa », censée faciliter la distribution de médicaments et de produits essentiels dans les zones isolées.

A Touba, Kédougou, Kaffrine et Sédhiou, il n’y a toujours pas l’ombre d’un bâtiment. Et pourtant la pose de la première pierre de l’hôpital moderne de Touba, sur la route de Darou Mouhty, lors du Magal 2016.

Mais depuis, plus rien.

« Des complications », soufflent certaines sources approchés par L’Observateur, pour excuser le retard dans la construction. Pour les trois autres, pas même l’ombre d’une pierre posée.

« Toutes les études ont été faites. Le matériel est disponible et les travaux vont démarrer d’un moment à l’autre », a dit le Gouverneur de la région de Kaffrine pour sauver les meubles.

Ou ce qu’il en reste, puisque que ce n’est pas la seule promesse que Macky Sall n’a pas respecté dans ce domaine.

Sur les 195 ambulances médicalisées promises pour 2017, le ministre a reporté l’acquisition des 172 à l’année prochaine.

Ce qui veut dire que seules 23 ambulances ont été acquises sur les 195 annoncées.

Dans les faits, seule la mise en œuvre de l’initiatique « Yeksi naa » a été respectée.

En effet, pour sa première phase de démarrage, 76 districts sanitaires, 89 centres de santé et 1 250 postes de santé ont été déjà couverts, pour un taux de disponibilité en médicaments et produits essentiels de 90% contre 56% avant.

Pour rappel, lors de son message à la Nation pour le nouvel an du 31 décembre 2017, le chef de l’Etat n’a pas consacré une ligne au secteur de la Santé.

Peut-être ne voulait-il pas refaire des promesses qu’il ne pourrait pas tenir

Laisser un commentaire