Affaire Pétro-Tim les révélations d’el Hadj Kassé sur Tv5 pour donner sa version des faits

= 184
El Hadj Hamidou Kassé, ministre conseiller du président Macky Sall a été l’invité du journal international de TV5 Monde.
Celui-ci, en charge de la Communication a donné sa version des faits concernant l’affaire Petro-Tim intitulée ‘’Scandale à 10 milliards de dollars’’ révélée par la Bbc.
Laquelle station accuse le frère du président de la République du Sénégal, Macky Sall de corruption.

Dès l’entame de ses propos, pour un débat qui a duré 10 minutes, il a contesté les accusations portées sur le frère cadet du locataire du palais présidentiel.

‘’Je dois souligner que les seuls chiffres dûment établis sont les 250 millions découlant de la transaction entre Timis et Bp, le deuxième chiffre dûment établi, c’est la part du Sénégal sur le brut dans la phase de l’exploitation entre 40 et 56%.

Tous les autres chiffres relèvent de spéculations. D’autant que ni Bp ni F.

Timis n’ont confirmé ces chiffres astronomiques de 9 à 12 milliards de dollars’’.

Les 250 000 dollars n’ont rien à voir avec des taxes ou des impôts

Concernant le rapport de l’Inspection générale d’Etat (Ige) qu’aurait signé le président Macky Sall en 2012, lui l’a qualifié de ‘’fameux’’ avant d’en parler suite à l’évocation de ce point. ‘’Ce fameux rapport de l’Ige, le président de la République ne l’a jamais reçu.

Même aujourd’hui encore, au moment où je vous parle. (..) nous nous avons découvert ce rapport de l’Ige, dans les réseaux sociaux.
Comment il a fuité, ça c’est une question sur laquelle nous aurons des informations précises avec l’enquête.
Ensuite les rapports de l’Ige, sont une source d’informations entre autres sources d’informations. Même si par ailleurs, l’Ige est une institution très prestigieuse en matière de contrôle des finances publiques dans notre pays’’.

Il a parlé de la manifestation interdite initiée le vendredi dernier par les membres de l’opposition.

Mais c’était pour légitimer l’interdiction faite. Mais ce ne fut pas pour autant la dernière question de la journaliste.

Celle-ci de revenir sur ces 250 000 dollars Us que le directeur général de la Caisse de dépôt et de consignation (Cdc) a perçu, selon les informations de Bbc, de Frank Timis.

‘’D’après les informations que j’ai, cette somme (250 000 dollars) a été virée dans une société de M. Sall Agritrans pour le payement d’une mission de consultation dans le secteur agricole. Donc ça, c’est de l’amalgame. Cela n’a strictement rien à voir.

M. Sall s’est défendu, on doit prendre en compte les arguments qu’il a développés.

Il a montré que ça c’est une somme qui a été virée dans un compte parce que résultant d’une consultation qui n’a rien à voir avec des taxes ou des impôts’’, a dit M. Kassé.

Celui-ci répondait à la question du journaliste qui lui demandait si ladite somme ne devrait pas revenir au peuple sénégalais.

Pour les 25 000 dollars perçus mensuellement par Aliou Sall, il a refusé de s’y aventurer.
Il a juste indiqué que cela était un contrat entre un employeur et un employé et que lui ne pouvait pas se prononcer.

Concernant la création de l’entreprise par Aliou Sall, alors haut fonctionnaire, en violation des lois sénégalaises, il a apporté des éléments de réponse. ‘’Je pense que sur ce, il faut prendre acte de la décision du président de la République de laisser libre cours à la justice.

C’est lui-même qui a instruit le garde des Sceaux d’ouvrir une information judiciaire.

Et donc dans cette perspective-là, toutes les personnes concernées de près ou de loin directement ou indirectement répondront devant la justice et apporteront des témoignages et en ce moment, toutes ces questions qui relèvent du privé seront justement…’’

L’opportunité ou non pour le maire de Guédiawaye de rendre sa démission, a été soulevée. Sur ce point, le ministre conseiller du président Macky Sall a éludé la question. ‘’Je pense qu’on est en train d’installer un débat très vicieux. Il n’est jamais dit dans aucune constitution au monde qu’un proche du président de la République que ce soit au Sénégal, en France ou ailleurs, ne peut pas occuper de fonction publique’’.

C’est à Aliou Sall de décider de démissionner ou nonMais il a buté sur une relance de son vis-à-vis qui lui a demandé, ‘’est-ce que ce ne serait pas plus sain pour Aliou Sall de démissionner, dans ce contexte actuel où il y a eu une affaire de corruption présumée ? ‘’M. Sall, lui dira-t-il, les yeux dans les yeux, est un responsable politique, c’est à lui de décider de ce qu’il devrait faire. Encore une fois de plus, je ne peux pas intervenir sur des questions d’ordre privé dans ce débat-là. Toujours est-il que chez nous il y a eu des proches des présidents de la République qui ont été au gouvernement’’.

L’animatrice des échanges a rappelé au ministre conseiller que le frère du président dirige la Cdc, son beau-frère est membre du gouvernement, alors que son beau-père est au Conseil d’administration de Pétrosen. Mais M. Kassé, dans la même stratégie de défense dira tout simplement que ‘’l’essentiel est qu’ils œuvrent depuis 2012 à ce que la famille ne s’implique pas directement dans le processus de prise de décision. Nous avons mis des garde-fous’’, des propos qui sonneront la fin de l’entretien.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :