Bio-portrait de Ousmane Tanor Dieng: De 1976 à 2019, parcours hors-pair d’un homme d’Etat

= 4389

Elle est tombée comme un couperet.

Ce lundi-matin, 15 juillet, le Sénégal, le Landerneau politique est endeuillé par le décès d’un de ses plus grands leaders.

La mauvaise nouvelle est tombée ce lundi 15 juillet. Ousmane Tanor Dieng a rendu l’âme à Bordeaux, en France.

Alité depuis le mois d’avril, le secrétaire général du Parti socialiste (PS) était un grand commis de l’Etat, fonctionnaire depuis 1976.

Ousmane Tanor Dieng est  né le 2 janvier 1947 à Nguéniène.

Un village du Sénégal, situé dans l’ouest du pays, entre Thiadiaye et Joal-Fadiouth, dans le département de Mbour.

Il a obtenu sa licence en droit à l’université de Dakar (option Relations internationales) et un DESS en droit public.

Il est également diplômé de l’École nationale d’administration (ENAM), option Diplomatie, et de l’École supérieure des travaux publics (ESTP).

C’est en 1976 qu’il commence son service au sein de l’administration sénégalaise où il occupe successivement les fonctions de conseiller chargé des affaires internationales au ministère des Affaires étrangères (1976-78), conseiller diplomatique auprès du président Léopold Sédar Senghor (1978-81), puis auprès du président Abdou Diouf (1981-88).

En 1988, il est nommé directeur de cabinet, puis ministre-directeur de cabinet auprès du président Diouf, poste qu’il occupera jusqu’en 1993, année où il est nommé ministre d’État, ministre des services et des affaires présidentiels.

Au sein du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng est membre du bureau politique dès 1988.

En 1995, il est secrétaire général de la coordination départementale de Mbour, ville située à 80 km à l’ouest du Sénégal.

C’est en mars 1996 qu’il est nommé premier secrétaire du Parti socialiste et secrétaire national aux relations internationales.

Parallèlement à ses fonctions au Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng fut vice-président de l’Internationale socialiste.

Secrétaire général du Parti socialiste sénégalais, formation qui, au travers des anciens présidents de la République Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, a gouverné le pays de 1960 à 2000, il se présente à l’élection présidentielle du 25 février 2007, pour laquelle il était présenté, durant la campagne électorale, comme l’un des seuls candidats, avec l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, à pouvoir réellement « menacer » la réélection du président sortant Abdoulaye Wade.

Ayant remporté, selon les résultats définitifs du premier tour de scrutin proclamés le 11 mars 2007 par le Conseil constitutionnel, 464 287 voix, soit 13,56 % des suffrages exprimés, il conteste en vain la validité du scrutin, qui a vu la réélection du président Wade dès le premier tour.

Ousmane Tanor Dieng est l’un des candidats en lice pour l’élection présidentielle sénégalaise de 2012.

Il récolte 13,56 % des voix au premier tour, et appelle à voter pour Macky Sall contre Abdoulaye Wade au second tour.

Grace à cette alliance avec Macky Sall, Tanor Dieng a été nommé en octobre 2016, Président du Haut Conseil des collectivités territoriales (Hcct), un poste qu’il a occupé jusqu’à son décès.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :