});

Coalition musulmane contre le terrorisme: L’Arabie Saoudite « engage » le Sénégal

= 916

Après l’envoi avorté des soldats sénégalais pour lutter contre la montée des Houthis chiites au Yémen, dans le cadre de l’opération dite «Tempête décisive», les nouvelles autorités saoudiennes, excédées par la montée de l’extrémisme, ont formé une nouvelle coalition islamique antiterroriste de 34 pays. Sans l’Iran, ni l’Irak. Mais avec le Sénégal. L’information a été livrée par l’agence officielle Spa reprise par différents sites d’information. Le Tchad, le Togo, la Sierra Leone, le Gabon, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Nigeria, figurent également sur la liste de Ryad.

Exit la Tempête décisive ! L’Arabie Saoudite, excédée par la montée de l’extrémisme religieux, vient de former une nouvelle coalition islamique de 34 pays dans laquelle, le Sénégal figure en bonne place, selon le site officielle Spa. Mais, notre pays, n’est pas le seul du continent africain. Figurent également sur cette liste annoncée par Ryad, le Tchad, le Togo, la Sierra Leone, le Gabon, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Nigeria.

Dotée d’un Centre de commandement basé à Ryad pour «soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme», cette coalition témoigne «du souci du monde islamique à combattre le terrorisme et à être un partenaire dans la lutte mondiale contre ce fléau», a déclaré le futur prince héritier et ministre saoudien de la Défense, Mohamed Ben Salmane, lors d’une conférence de presse à Ryad.

Selon plusieurs sources, le président de la République, Macky Sall aurait donné son accord, depuis le 11 décembre dernier. Ce, après avoir pris langue avec les nouvelles autorités saoudiennes, notamment le cabinet du Roi Salman Bin Abdulaziz Al Saoud. Des mécanismes seront établis pour «la coordination avec des pays amis épris de paix et des organismes internationaux» afin de soutenir les efforts pour «sauver la paix et la sécurité internationales», informe toujours l’agence SPA.

Rappelons que l’Arabie saoudite, qui dirige une coalition arabe contre les rebelles chiites au Yémen, fait partie aussi de la coalition internationale qui, sous la conduite des États-Unis, combat le groupe djihadiste État islamique (EI) qui sévit en Syrie et en Irak.

Interrogé sur le point de savoir si la nouvelle coalition se consacrerait à la lutte contre l’EI, le prince Mohamed, fils du souverain saoudien Salmane, a souligné qu’elle allait combattre «toute organisation terroriste qui fait son apparition» dans le monde musulman, «le premier à avoir souffert du terrorisme».

Parmi les pays ou les régions confrontées au terrorisme, il a cité «la Syrie, l’Irak, le Sinaï (Égypte), le Yémen, la Libye, le Mali, le Nigeria, le Pakistan et l’Afghanistan». «Concernant la Syrie et l’Irak, nous ne pouvons mener les opérations (antiterroristes) qu’en coordination avec (les autorités) légitimes dans ces pays et avec la communauté internationale», a souligné le prince Mohamed.

Les 34 pays de la coalition antiterroriste annoncée par Ryad

– Pays arabes : Arabie saoudite, Jordanie, Emirats arabes unis, Bahreïn, Tunisie, Djibouti, Soudan, Somalie, Palestine, Comores, Qatar, Koweït, Liban, Libye, Egypte, Maroc, Mauritanie, Yémen.
– Pays africains : Bénin, Tchad, Togo, Sénégal, Sierra Leone, Gabon, Guinée, Côte d’ivoire, Mali, Niger, Nigeria.
– Pays asiatiques : Turquie, Pakistan, Bangladesh, Malaisie, Maldives.
Tous ces Etats sont membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), basée à Jeddah, en Arabie saoudite, depuis sa création en 1969.

Sud Quotidien

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :