Contrats miniers et pétroliers : TAS démontre l’incurie du chef de l’Etat sur la question

Sauf autorisation préalable, la reprise totale ou partielle d'un article sur ce site est formellement interdite.

= 108

La sortie du chef de l’Etat accusant sans les nommer Ousmane Sonko et Thierno Alassane Sall (TAS) de se prononcer sur les contrats pétroliers sans pour autant les maitriser n’est pas du gout de ce dernier qui n’a pas tardé à lui porter la réplique.

En effet, a déclaré le président de la République des valeurs (Rv), c’est lui Macky Sall qui ne maitriserait pas le Code pétrolier et minier. 

Macky Sall n’a pas de leçon à donner à personne concernant la maitrise du Code pétrolier et minier puisque lui-même ne le maitrise pas.
C’est la réaction de Thierno Alassane Sall qui répondait au chef de l’Etat, suite à la sortie de ce dernier leur demandant de se taire sur des sujets dont la teneur leur échappait.
«C’est plus facile de juger les gens quand on fait à leurs propres paroles de les confronter aux dispositions de la loi ou aux réalités.
Il dit très clairement que notre loi, nos textes actuels, ne permettent pas de publier les contrats pétroliers et miniers et que c’est lui qui s’est engagé à les publier parce qu’il estime que c’est un pas qu’il faut faire faire à la transparence dans les permis », a-t-il déclaré.
L’ancien ministre de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables se prononçait sur la question lors de la réception de Me Mame Adama Gueye.
Dans sa démonstration de l’incurie du chef de l’Etat concernant ce sujet, TAS poursuit : «en plus, il (Macky Sall) ajoute qu’il va changer le Code pour inclure des dispositions relatives à la transparence et à la publication des contrats.»
Alors que, explique-t-il, la loi 98-05 en son article 34 exige que le contrat, après signature par le Directeur général de Pétrosen, celle de la ou des sociétés co-contractantes, le ministre de l’Economie et des Finances doit donner son avis avant l’approbation du président de la République.
Et enfin, note-t-il, le contrat est approuvé par décret et publié dans le journal officiel.

Revenant sur l’objet de la visite de Me Mame Adama Guye qui est de mettre sur pied une plateforme de veille sur le processus électoral, M. Sall affirme adhérer à l’idée et promet de faire tout son possible pour que cela aboutisse.

Laisser un commentaire