Crainte d’augmentation de la dette…

Sauf autorisation préalable, la reprise totale ou partielle d'un article sur ce site est formellement interdite.

= 174

Si celle-ci avait lieu, les principales économies de chaque zone, Cameroun et Gabon d’un côté, Côte d’Ivoire et Sénégal de l’autre, qui ont ces dernières années considérablement augmenté leur dette en devise, notamment en lançant des Eurobonds, verraient de leur côté les charges de leur dette respective augmenter également.

Dans une tribune publiée fin octobre par Jeune Afrique, l’économiste Ferdinand Owoundi mettait en garde contre cette explosion de la dette, mais aussi contre les menaces que ferait courir à la stabilité des gouvernements et à la situation économique de la zone une dévaluation, qu’il jugeait d’ailleurs improbable.

qui relève « la faiblesse relative de l’euro [sur lequel est indexé le franc CFA] » va dans le même sens.

Selon l’agence, les prévisions relativement bonnes de l’activité en Côte d’Ivoire, dont le taux de croissance devrait atteindre 7,5% en 2017 et au Sénégal, où les prévisions font état de 6,7% de croissance pour 2017, devraient permettre de contenir la pression monétaire dans la zone UEMOA, tandis que les programmes conclus dernièrement entre le FMI et les pays de la zone Cemac devraient soulager quelques peu les tensions extérieures et fiscales.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *