Drame de la migration: Idrissa Seck pointe du doigt le régime

= 1077

L’accalmie n’aura duré que quelques semaines.

Le leader de Rewmi reprend ses attaques contre le régime. En effet, dans une déclaration rendue publique hier, Idrissa Seck déplore la ‘’carence’’ du président de la République, Macky Sall, surtout en ce qui concerne sa politique de la jeunesse.

L’ancien Premier ministre impute au chef de l’Etat et à son régime toute la responsabilité du drame des 123 Sénégalais qui ont échoué sur les rives de la Méditerranée.

Selon le président de Rewmi, cette situation ‘’est le symbole d’une grande partie de la jeunesse désemparée à qui aucune opportunité crédible n’est offerte par le régime carrent de Macky Sall qui a lamentablement échoué sur l’emploi et l’insertion des jeunes’’.

‘’Les tristes images que nous renvoient les télévisions et les médias du monde entier ne sont pas dignes de notre pays dont le président vient de démontrer, encore une fois, son incapacité à mettre en place de réelles politiques publiques d’insertion des jeunes’’, fulmine-t-il.

Relevant ainsi que le président Macky Sall n’est pas capable de tenir ses promesses de campagne en ce qui concerne l’emploi des jeunes. ‘’Durant tout son mandat, au lieu d’une politique de jeunesse réfléchie et prospective, celui qui avait promis 500 000 emplois par année, se livre à des bricolages, des slogans creux et des recettes électoralistes comme la Der, pour masquer, en vain, son incompétence à répondre aux préoccupations de nos valeureux jeunes’’, persifle-t-il.

Pourtant, relève Idrissa Seck, il est unanimement reconnu que les jeunesses sénégalaises ont un sens de l’initiative hors du commun, comme elles le démontrent partout dans le monde, à chaque fois qu’elles sont à armes égales dans les domaines les plus pointus.

Malheureusement, regrette-t-il, ‘’avec les scandales successifs sur le détournement des fonds destinés à l’emploi des jeunes et de leur insertion, ce drame de l’émigration clandestine remet à l’ordre du jour la gravité de la situation socio-économique du Sénégal’’.

A cet égard, il interpelle la société civile ainsi que les partenaires internationaux qui avaient aidé à financer des initiatives comme le Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac) pour éclairer les Sénégalais sur la gestion de ces fonds qui, poursuit-il, ‘’auraient pu, aujourd’hui, maintenir ces jeunes dans le cadre de projets viables pouvant générer des milliers d’emplois’’.

De l’avis d’Idrissa Seck, ‘’c’est seulement par une gestion rigoureuse de tels programmes, des ressources qui y sont allouées, mais aussi une volonté politique de mettre en place une véritable politique de jeunesse que nous pourrons, ensemble, mettre fin à ces drames de la migration’’.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :