Fin de la prise d’otages dans une épicerie juive porte de Vincennes

= 851

La prise d’otages dans une épicerie juive, en cours depuis vendredi midi porte de Vincennes à Paris, s’est terminée en fin d’après-midi avec la mort du suspect et d’au moins quatre otages.

Le preneur d’otages du magasin HyperCacher à Paris ainsi qu’au moins quatre otages ont été tués, vendredi 9 janvier, lors de l’assaut mené par les forces de l’ordre, selon des sources sécuritaires citées par l’AFP.

Une fusillade avait éclaté à la mi-journée, faisant au moins un blessé sérieux dans une épicerie juive, située cours de Vincennes, à Paris, où au moins cinq personnes ont été retenues en otage, a-t-on appris de source proche du dossier.

Une autre source avait fait état de deux morts, mais le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a démenti cette information. Selon la police, une personne victime d’un ou plusieurs coups de feu est sérieusement blessée.

>> A suivre sur France 24 : « En direct : prise d’otages à Paris, les frères Kouachi retranchés à l’est de Paris »

Le procureur de la République de Paris n’a guère laissé planer de doute sur l’existence d’un possible lien avec la tuerie de « Charlie Hebdo », dont les deux auteurs présumés sont cernés à Dammartin-en-Goële, dans le nord de la Seine-et-Marne.

Le preneur d’otages à Paris a notamment menacé de tuer les personnes qu’il retient si la police tentait une action en direction des deux frères Kouachi encerclés par les forces de l’ordre en Seine-et-Marne, selon Associated Press, qui cite une source policière.

Ce dernier a fait irruption vers 13 h dans la supérette, armé de deux fusils-mitrailleurs et a tiré. Des clients et un employé de l’épicerie casher « sont parvenus à s’échapper » avant le début de la prise d’otages cours de Vincennes à Paris, a-t-on appris de source proche du dossier.

Par ailleurs, le lien a également été fait entre la fusillade à Montrouge, au sud de Paris, jeudi, au cours de laquelle une policière a été tuée et un employé blessé, et la prise d’otages dans l’épicerie juive. L’homme soupçonné d’être impliqué dans la fusillade de Montrouge est en effet suspecté d’être impliqué dans cette nouvelle prise d’otages.

Selon le numéro deux du syndicat de policiers Alliance à Paris, Emmanuel Quemener, l’homme répondait ainsi au signalement du tireur qui a abattu jeudi une policière à Montrouge. « C’est le tireur de Montrouge », a même affirmé l’une des sources.

Appel à témoins concernant un homme et une femme

Cet homme est Amedy Coulibaly, 33 ans. La préfecture de police a lancé, vendredi, un appel à témoins le visant lui et une femme, Hayat Boumedienne, 27 ans, dans le cadre de l’enquête sur la fusillade mortelle jeudi à Montrouge.

Amedy Coulibaly est connu des services antiterroristes puisqu’il a déjà été condamné pour le projet d’évasion d’un djihadiste présumé, Smaïn Ait Ali Belkacem, en 2010, dans le dossier dans lequel Chérif Kouachi, recherché avec son frère pour la tuerie de « Charlie Hebdo », avait été mis en examen, avant de bénéficier d’un non-lieu.

L’autre personne visée par l’appel à témoins, Hayat Boumeddiene, était au moment de l’enquête sur le projet d’évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem sa concubine, avec qui il était marié religieusement, mais pas civilement.

L’enquête sur la prise d’otages de l’épicerie casher a été confiée à la section antiterroriste (SAT) de la PJ parisienne, à la sous-direction antiterroriste de la PJ et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Périphérique coupé, interruptions des transports en commun

Par mesure de sécurité, les élèves des établissements scolaires proches du lieu de la prise d’otages en cours, porte de Vincennes, ont été confinés dans leurs établissements à Paris, Vincennes et Montreuil, a indiqué le rectorat à l’AFP.

Le périphérique parisien était par ailleurs coupé dans les deux sens vendredi en début d’après-midi et le trafic RATP perturbé.

« Une opération de police est en cours dans le XIIe arrondissement de Paris (…) un périmètre de sécurité est mis en place », a également indiqué Bison Futé, qui recommandait « d’éviter très largement le secteur ».

Le trafic était partiellement interrompu vendredi sur la ligne 3 du tramway parisien, aux abords de la Porte de Vincennes, « en raison de mesure de sécurité », a annoncé la RATP sur Twitter.

Sur la ligne 1 du métro, les stations Porte de Vincennes et Saint-Mandé sont fermées au public et les rames n’y marquent pas l’arrêt, indiquait par ailleurs le compte Twitter de cette ligne, vers 13 h 45.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :