GUERRIER : FAUT-IL ENVOYER MACKY À L’ÉCOLE D’ALEXANDRE ?

= 458

Le 1er Octobre 331 av. JC, Alexandrins Le Grand devait combattre Darius III à Gaugamèles. Le Jeune Alexandre était à la tête d’une armée de 40000 Hommes qui devait défier une armée perse de 250000 Hommes.

En conseil de Guerre la veille, PARMENION, un officier portant la voix de certains frères d’armes, conseillait au jeune roi d’attaquer l’ennemi par surprise dans la nuit, convaincus qu’ils étaient de ne pouvoir repousser l’armée perse dans un face à face en plein jour.

Alexandre, fier et audacieux, leur répondît qu’il n’avait pas traversé toute l’Asie pour “DÉROBER SA VICTOIRE”.

Le lendemain, avec son audace et une exemplarité, il put faire face à Darius et prît le dessus sur les perses.

Aujourd’hui, au Sénégal, celui qui se targue d’être un guerrier n’ose conjecturer sa victoire dans une élection transparente. Il veut attaquer non seulement de nuit alors qu’il est en supériorité numérique, mais emploie toute son industrie à combattre des adversaires ligotés et aux yeux bandés.

La peur n’est pas étrangère à la personne du guerrier. Il la connaît. Il la dompte. Le président Macky SALL ne pense pouvoir dompter ses peurs que sont Khalifa SALL et Karim WADE. C’est en cela qu’il souille la mémoire guerrière de ce Sénégal qui a connu de braves Femmes et Hommes.

Aurai-je voulu convoquer les femmes de Nder pour parler de dignité qu’un sentiment d’irrespect me submerge en voulant faire le parallèle entre les pratiques du Macky et leur entendement de la dignité. Ici, comparaison n’a non seulement pas raison. Elle fait déraison.

Certains ont voulu, par des portes dérobées, inscrire leurs noms dans l’histoire des peuples. Ils ont pu l’être en très petit caractère. Petitesse qui a caractérisé leurs être et œuvre. La mémoire se résout difficilement à célébrer le beau et le laid à la même enseigne.

Mouhamadou Lamine Bara LO
TAXAWU SENEGAAL

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :