« Il n’existe pas de sachets d’alcool commercialisés au Sénégal » (Directeur du Commerce)

= 207

La consommation de sachets d’alcool par les jeunes sénégalais est revenue au-devant de l’actualité ces dernières semaines, après plusieurs reportages effectués par les médias sur le sujet.

Communément appelés « Jakarta », certainement à cause de sa propension à plonger rapidement son utilisateur dans l’ivresse, ces sachets commercialisés à 100 Fcfa l’unité, feraient des ravages dans les établissements de la capitale sénégalaise.

D’après un témoin interrogé par PressAfrik et qui habite au quartier HLM de Dakar, ces sachets auraient causé la mort de quatre (4) jeunes et plongé d’autres dans une situation de mort clinique.

D’où viennent ces sachets « Jakarta » ?

Quels usines les fabriquent et quels dépôts et bistrots les vendent ?

Mourides.info  a joint ce mercredi 24 avril le Directeur du Commerce intérieur pour savoir si les autorités étaient au courant de ce nouveau fléau.

« L’arrêté interdisant la fabrication des sachets d’alcool existe depuis 2015 »

D’emblée, Ousmane Mbaye est catégorique: « il n’existe pas de sachets d’alcool commercialisés au Sénégal.

J’en ai pas vu ni vu quelqu’un qui en a vu ».

Le Directeur du Commerce intérieur explique que du point de vu technique, il y avait trois usines qui fabriquaient ces sachets depuis 2005. L’une se trouve à Thiès et les deux autres à Rufisque et Dakar.

Mais « en 2015, le ministère du Commerce a pris un arrêté pour interdire et la fabrication et la commercialisation des sachets d’alcool. Le format autorisé est celui du 50 centilitre (cl) ».

« S’il y a des sachets d’alcool commercialisés, signalez-nous, on va faire notre travail »
Le Directeur du Commerce affirme que depuis que cette histoire de vente de sachets d’alcool est relayée par les médias sénégalais, il n’y en a pas un seul qui a sorti en photo ou vidéo le prototype dudit sachet en cause.

« Je vous demande de faire votre enquête, à votre niveau.

Et si vous voyez ces sachets d’alcool dans les bars et autres lieux de vente d’alcool, revenez nous les signaler pour qu’on puisse faire notre travail », confie Ousmane Mbaye qui précise tout de même que « la vente d’alcool est autorisée au Sénégal ».

Reste maintenant à savoir d’où viennent ces sachets d’alcool vendus à des prix dérisoires aux jeunes collégiens et lycéens… PressAfrik va revenir dans les prochains jours avec une enquête plus détaillée sur la question.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :