});

Inondations dans la banlieue: Diène Farba Sarr parle d’une situation maîtrisable.

= 600

Le ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie a effectué une visite hier de certains points bas et du réseau de drainage de la banlieue dakaroise. A la fin de ladite tournée, Diène Farba Sarr a déclaré que la situation était maîtrisable, avec plus de 101 milliards injectés dans le secteur de l’assainissement.

Le ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie s’est rendu hier dans plusieurs zones de la banlieue dakaroise, pour voir l’état des infrastructures de lutte contre les inondations mises en place. A l’issue de la visite, Diène Farba Sarr a fait le point.

Selon lui, la situation est maîtrisable. ‘’Nous n’avons pas vu, comme à l’accoutumée, des mares ni des flaques d’eau.

Cela prouve que le réseau fonctionne, parce que pour juger son efficacité, il faut observer un temps de latence qu’on appelle le temps de rétention pour voir l’eau partir.

C’est ce qui se passe actuellement à Dakar.

Après ma visite sur le terrain, je suis rassuré. Beaucoup de choses ont été faites par le président de la République’’, s’est réjoui le ministre.

Selon qui, depuis 2012, l’assainissement a été pris en main par les autorités.

Plus de 101 milliards ont été injectés dans ce secteur, selon ses dires.

‘’L’assainissement est une préoccupation dans le PSE (Plan Sénégal émergent), parce qu’impactant négativement sur la croissance. Vous savez que le PIB (Produit intérieur brut), c’est rien d’autre que la consommation, plus l’investissement et le solde de la balance commerciale.

Donc, l’assainissement est un investissement coûteux, souterrain, mais très important pour ragaillardir le taux de croissance qui est important’’, a laissé entendre le ministre.

En plus des infrastructures, le ministre a visité les points bas. Face à ce problème, la solution trouvée est de ‘’renforcer les maires en autopompes’’.

Concernant les bassins, Diène Farba Sarr a souligné un problème d’écrêtage qui va être fait dans une semaine, pour augmenter leur volume de stockage.

En outre, il a appelé à sensibiliser la population sur l’obstruction de certains bassins. Selon le ministre, il ne faut pas que les inondations soient gérées avec émotion et passion, mais avec intelligence.

Avant de préciser que son ministère gère les inondations urbaines, avec un montant de 1,9 milliard.

‘’Le ministre devrait se rendre dans les lieux où il y a des inondations’’

Mais il faut dire que le petit périple du ministre dans la banlieue a laissé un goût amer à certaines populations qui vivent sous les eaux et qui auraient aimé voir l’ombre du ministre.

D’où leur sentiment que celui-ci a sciemment évité les vrais lieux où les eaux sont stagnantes. ‘’Il dit qu’il fait une visite dans les zones inondées alors que nous, les vrais sinistrés, avons été écartés.

C’est juste une tournée de tout sauf chez les inondés’’, tonne un habitant du quartier Amdalaye qui s’est confié à EnQuête. Du côté de Guinaw-Rails où la visite a pris fin, c’est la même chanson.

‘’Vous avez vu les eaux de pluie qui ont élu domicile dans nos chambres. Au lieu de venir s’enquérir de notre situation, le ministre se rend dans des lieux où les habitants ne vivent plus sous la hantise des eaux de pluie.

Il devrait venir dans les lieux où il y a des inondations. Cette visite-là est celle d’un politicien’’, a tonné un vieux qui revenait de la prière hebdomadaire du vendredi.

Enquête Plus

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :