});

La Senelec ‘’favorable’’ à la transparence et à la reddition de comptes (communiqué)

= 525

La Senelec se dit ‘’favorable’’ à une gouvernance transparente et à la reddition de comptes, relevant que le directeur général de l’entreprise  »a refusé de signer » le marché de fournitures et d’installation d’équipements pour la réhabilitation de la Tag 3.

Dans un communiqué transmis à l’APS, dimanche, la Senelec souligne qu’elle ‘’est favorable à une gouvernance transparente, sanctionnée par une reddition de comptes pour informer toute la communauté de l’utilisation des fonds alloués par les pouvoirs publics pour un bon fonctionnement de l’entreprise’’.

Le journal Libération de samedi a fait état d’un audit de Senelec et d’une nébuleuse qui entourerait le marché de fournitures et d’installation d’équipements pour la réhabilitation de la Tag 3 qui a été attribué à Eiffel Industrie pour la somme de 436,7 millions de francs Cfa.

‘’Pour ce qui concerne la réhabilitation de la TAG3, la Direction générale informe que l’actuel Directeur général Papa Dieng a trouvé le projet de ce marché sur son bureau. Il a refusé de le signer pour les raisons suivantes’’, selon le communiqué.

La même source précise que la réhabilitation de la TAG 3 ‘’allait coûter 467 millions à Senelec’’ et que le Sénégal,  »ne disposant pas de gaz qui devrait permettre de faire fonctionner cette turbine, la seule alternative était d’utiliser du kérosène à la place ».

 »Cette turbine à gaz, ajoute t-on, allait produire le khw à 250 FCFA avant que Senelec ne le revend à 117 francs Cfa, ce que la société ne saurait supporter à termes, au risque de le faire payer au contribuable sénégalais par le biais de l’Etat, à travers la compensation ».

Dans son communiqué, l’entreprise souligne qu’il  »s’est agi donc de s’inscrire dans la vision du mix énergétique définie par le chef de l’Etat pour une production d’électricité suffisante à moindre coût ».

La Senelec affirme qu’elle  »reste conforme à la politique engagée par les pouvoirs publics pour éliminer en 2017 la compensation de l’Etat qui était de 123 milliards en 2012’’ et que l’atteinte de cet objectif  »devrait entraîner, si tout se passe bien à une baisse des tarifs’’.

 »Aussi, ajoute la même source, pour bien remplir cette mission, Senelec ne peut être que très regardante sur les coûts de production. Elle a engagé pour cela beaucoup de réformes pour arriver à une réduction de ses charges ».

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :