Le Café Touba, au goût d’un jeune malien … REPORTAGE !!!

= 20341

Impossible de séjourner au Sénégal sans consommer ou du moins entendre parler du café Touba.

Cette boisson qui fait parler du pays de la Téranga au-delà du continent Africain.

Le café Touba est vendu aux grands carrefours de Dakar, dans les lieux de rassemblement, au bord des artères de la ville ainsi que dans les boutiques.

Nous sommes au matin de jeudi 13 décembre, il est 10h indique les aiguilles de la montre de ce vendeur de Café Touba ui a pour nom Cheikh Baye Fall, allias ‘’café Touba’’. Assis au bord de l’allée Khalifa Babacar Sy, derrière une table au-dessus de laquelle on voit deux thermos majestueusement posés, à côté des gâteaux en sachet rangés. Il est entouré de ses clients qui le qualifient de patron de café Touba. 

Les mains de l’homme ne cesse de faire des va-et-vient entre les petits bols d’un côté et la pression du thermos de l’autre. Un liquide foncièrement noir se déverse dans le bol, qu’il serre avec un sourire aux clients assis sur un banc. ‘’C’est le café Touba la boisson aux multiples vertus’’, déclare un homme âgé d’une quarantaine d’années 
Le café Touba, qui doit son nom à la ville sainte de Touba a été selon l’histoire qui court derrière la boisson, importé et conseillé par le fondateur de la confrérie Mouride Cheikh Amadou Bamba. Au début, uniquement consommé par les disciples de ce saint homme lors des cérémonies de prière, le café Touba est entré dans le quotidien de tout les Sénégalais. 

A base de graines de café importées de la Côte d’Ivoire ou de la Guinée Conakry, mélangé avec du ‘’Diar’’ (le poivre de selim) et du clou de girofle ou (khorom pollé en wolof), le café Touba a un goût plus ou moins fort, selon la quantité de sucre et légèrement pimenté, aux odeurs du poivre mixé au café. « Le café Touba est le meilleur stimulant pour éveiller les sens », témoigne Moustapha Lo, un jeune homme qui a servis d’interprète à notre entretien avec le vendeur de café. 

« Entre bénédiction et vertu thérapeutique »

Le Café Touba, au goût d'un jeune malien ... REPORTAGE !!!

« Serigne Touba, en prenant une gorgée de ce café, a béni cette boisson »

L’essor du café Touba n’est pas seulement dû à son goût et à sa qualité de stimulant. Cheikh Baye Fall, adepte du ‘’mouridisme’’ (confrérie islamique influent au Sénégal) affirme d’un air convaincu : « ce n’est pas pour rien que le café Touba est aujourd’hui consommé dans tout le Sénégal et le monde. Notre grand maître Serigne Bamba, poursuit-il, en prenant une gorgée du café, a béni cette boisson et tout bon disciple doit chaque jour consommer le café Touba. » 
Pour bon nombre de consommateurs, non seulement  le café Touba est énergétique, mais elle prévient aussi des maladies comme l’Alzheimer et le diabète. 

Chez les mourides, il y a tout un rituel à suivre pour la préparation et la consommation du café Touba. D’après une source recueillie, un jour les disciples ont demandé comment ils doivent préparer le café Touba, le Cheikh leurs répondît qu’il faut d’abord dire Bismillah avant chaque étape de la préparation puis réciter ‘’la Fatiha’’ et d’autres versets coraniques sur la poudre. De même pour la consommation,’’ il y a une litanie à réciter, elle donne un effet mystique au café et purifie le corps’’, déclare un client, entre les mains, un morceau de pain accompagné de sa tasse de café. 

De la gratuité à la commercialisation

Le Café Touba, au goût d'un jeune malien ... REPORTAGE !!!

Si le café Touba n’était servi que lors des séances de prêches et les rencontres familiales, il est aujourd’hui, à la base d’un secteur d’activité génératrice de revenus. Plusieurs entreprises se sont lancées dans la fabrication de la poudre du café Touba. Ibrahima, le grossiste qui ravitaille notre vendeur,  joint par téléphone, affirme qu’il peut gagner jusqu’à 20.000 F cfa par jour. 
Cependant les revendeurs qui vendent la tasse à 50 Fcfa, crient la pauvreté du marché. « On achetait les graines de café à 500 Fcfa le kilo, aujourd’hui c’est allé jusqu’à 2000 Fcfa », regrette Djénéba, vendeuse de  café et de sandwich, assise sous son hangar installé au rond-point ‘’jet d’eau’’. 

Les points de vente du café Touba sont de plus en plus nombreux dans le paysage sénégalais. ‘’Après le pays de la Teranga le café Touba va à la conquête du monde à travers les disciples mouride », se réjouit notre cher Ckeikh Baye Fall.

Nous sommes au matin de jeudi 13 décembre, il est 10h indique les aiguilles de la montre de ce vendeur de Café Touba ui a pour nom Cheikh Baye Fall, allias ‘’café Touba’’.

Assis au bord de l’allée Khalifa Babacar Sy, derrière une table au-dessus de laquelle on voit deux thermos majestueusement posés, à côté des gâteaux en sachet rangés.

Il est entouré de ses clients qui le qualifient de patron de café Touba. 

Les mains de l’homme ne cesse de faire des va-et-vient entre les petits bols d’un côté et la pression du thermos de l’autre.

Un liquide foncièrement noir se déverse dans le bol, qu’il serre avec un sourire aux clients assis sur un banc. ‘’C’est le café Touba la boisson aux multiples vertus’’, déclare un homme âgé d’une quarantaine d’années 

Le café Touba, qui doit son nom à la ville sainte de Touba a été selon l’histoire qui court derrière la boisson, importé et conseillé par le fondateur de la confrérie Mouride Cheikh Amadou Bamba.

Au début, uniquement consommé par les disciples de ce saint homme lors des cérémonies de prière, le café Touba est entré dans le quotidien de tout les Sénégalais. 

A base de graines de café importées de la Côte d’Ivoire ou de la Guinée Conakry, mélangé avec du ‘’Diar’’ (le poivre de selim) et du clou de girofle ou (khorom pollé en wolof), le café Touba a un goût plus ou moins fort, selon la quantité de sucre et légèrement pimenté, aux odeurs du poivre mixé au café.

« Le café Touba est le meilleur stimulant pour éveiller les sens », témoigne Moustapha Lo, un jeune homme qui a servis d’interprète à notre entretien avec le vendeur de café. 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :