Les prix à la consommation ont augmenté de 0,7 % en septembre (ANSD)

= 289

L’indice harmonisé des prix à la consommation a progressé de 0, 7 % en septembre dans le sillage du renchérissement des services de communication et des produits alimentaires et boissons non alcoolisées, a appris l’APS de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

Les prix des services de communication ont enregistré une majoration de 4,4 %, consécutivement à ceux du téléphone, résultant notamment d’une réduction des offres de bonus crédits après leur regain durant la fête de la Tabaski, indique l’ANSD dans sa note de conjoncture mensuelle.

En revanche, comparativement à leur niveau de septembre de l’année dernière, les prix à la consommation ont chuté de 2, 7 %, rapporte le document dont l’APS a obtenu copie.

S’agissant des coûts des produits alimentaires et boissons non alcoolisées, l’ANSD fait état d’une augmentation de 1, 4 % tirée par la flambée des prix des agrumes (21, 3 %), des tubercules et plantains (17, 6 %), des légumes frais en fruits ou racines (16, 8 %), des légumes frais en feuilles (12, 8 %) ainsi que de la viande de bœuf (4, 3 %).

La chute de l’offre de ces produits explique cette tendance haussière. Toutefois, la baisse des prix des produits, tels que les farines, semoules et gruaux (-4,1%), la viande de mouton (-3,6%) et les poissons frais (-1,9%) ont amoindri la tendance haussière, mentionne le document qui évoque une majoration de 2, 1 % de ces produits en glissement annuel.

Dans le même temps, les boissons alcoolisées, tabacs et stupéfiants se sont renchéris de 0,3 % en liaison avec la progression des prix des tabacs et stupéfiants (0,5%), en dépit de la baisse de ceux de la bière (-0,8%). En variation annuelle, ils se sont accrus de 7,4%.

Concernant les prix des biens et services divers, la note de conjoncture de l’ANSD souligne une bonification de 0,2% en septembre en rapport avec la hausse de ceux des services des salons de coiffure et instituts de soins et de beauté (0,7 %) et des autres effets personnels (0,6%), tandis que comparés à la période correspondante en 2017, ils ont augmenté de 0,3%.

Par ailleurs, les prix des services de la santé ont progressé de 0, 2 %, sous l’effet d’une augmentation de ceux des médicaments traditionnels (2, 1 %). Cette fonction a ainsi fléché de 0,4% en glissement annuel.

Pour les prix des services ‘’logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles’’, l’ANSD note un rebond de 0, 1 % expliqué par la progression de ceux des produits pour l’entretien et réparation courante (0,5%), une hausse de 0, 7 % en glissement annuel.

De leur côté, les prix des biens et services des loisirs et de la culture ont modérément augmenté modérément 0, 1 %, à la suite d’un relèvement de ceux des produits pour jardins, plantes et fleurs, animaux de compagnie et articles connexes (0,6%). Néanmoins, une hausse de 3, 1 % a été relevée sur l’année.

Par contre, les prix des services de l’enseignement et des transports sont restés stables en rythme mensuel, même s’ils ont progressé respectivement de 0,6% et 0,3% sur l’année, relève le rapport de l’ANSD.

Le coût des meubles, articles de ménage et entretien courant du foyer, des articles d’habillement et chaussures autres services des restaurants et hôtels n’ont pas variés en rythme mensuel quand bien même ils ont légèrement diminué comparés à la période correspondante en 2017, fait-on remarquer de même source.

En fin de compte les prix à la consommation ont augmenté de 0,9 % en rythme annuel alors que le taux d’inflation annuel moyen s’est établi à +0,3 %, résume cette structure du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :