Louise Mushikiwabo nommée à la tête de l’OIF

= 341

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a nommé à sa tête vendredi la Rwandaise Louise Mushikiwabo, face à la sortante canadienne Michaëlle Jean, ont indiqué les délégations rwandaise et française.

Mme Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, a été nommée secrétaire générale de l’OIF par consensus lors d’une réunion à huis clos au dernier jour du sommet à Erevan, malgré les nombreuses critiques qui pointent du doigt le peu de cas que le Rwanda ferait des droits fondamentaux et de la défense du français.Comme tous les deux ans, les pays ayant le français en partage tiennent leur grand-messe.

Le XVIIe sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) s’est ouvert ce jeudi à Erevan en Arménie.

26 chefs d’Etat et 3.500 délégués participent à cette rencontre.

Le principal enjeu de ce rendez-vous est l’élection demain du nouveau Secrétaire général de la Francophonie pour un mandat de quatre ans.

La tradition veut que le choix soit fait par consensus, plutôt que par vote formel.

Et c’est comme à l’accoutumée le candidat de la France qui est désigné pour ce poste.

Il y a quatre ans, c’était la Canadienne d’origine haïtienne, Michaëlle Jean, qui l’avait emporté avec l’appui de Paris face aux multiples candidatures africaines.

Cette année, l’ancienne gouverneure générale du Canada qui brigue un nouveau mandat, sera vraisemblablement remplacée par la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo.

Celle-ci, soutenue par la France, a la voie libre depuis que le Canada et le Québec, ont annoncé qu’ils retiraient leur soutien à Michaëlle Jean.

es chefs d’Etats africains ont formé un consensus autour de la candidature rwandaise.

Comme la France, l’Union africaine a adoubé Louise Mushikiwabo, mais au sein des opinions africaines, beaucoup dénoncent des relents de « Françafrique » dans le processus.

La candidature rwandaise est accusée d’être contraire à la charte de l’OIF, qui a inscrit « le soutien aux droits de l’homme » parmi ses missions premières.

De plus, le Rwanda a remplacé en 2008 le français par l’anglais en tant que langue obligatoire à l’école, avant de rejoindre le Commonwealth, la communauté des anciennes colonies britanniques.

L’imminente nomination de Louise Mushikiwabo devrait permettre au continent de récupérer le secrétariat général de la Francophonie.

L’OIF avait toujours été dirigée par des Africains avant Michaëlle Jean.

Les deux premiers secrétaires étaient l’Egyptien Boutrous Boutros-Ghali et le Sénégalais Abdou Diouf.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :