});

Mauritanie:Cheikh Oumar Ba Condamne L’exécution D’un Citoyen Pour Aposthasie!

= 1001

Le système beydane mauritanien vient, par l’intermédiaire de ses organes judiciaires, de condamner à mort un de ses citoyen par peloton d’exécution pour APOSTHASIE.

Bâ Cheikh Oumar, érudit arabisant de formation, qui a longuement étudié le sujet, nous éclaire sur les tenants et aboutissants de ces sordides manœuvres qui, en fait, ne révèlent que la détermination du système à éradiquer toute tentative d’émancipation.

Ce qu’a dit Mohamed Cheikh Ould Mohamed MKHAITIR, aujourd’hui condamné à mort en Mauritanie, Taha Housseynou l’avait déjà dit : « les compagnons du Prophète Mohamed l’ont critiqué et lui ont dit une fois, deux fois et trois fois « Soit juste Mohamed », mais le prophète ne leur a pas répondu. Ils lui ont dit si Toi tu n’es pas juste, personne ne le sera.» cf Al Fitnatou al Koubra, page 199, Le Caire, Koursiche Nil, 1947, Tome 1.

Cet ouvrage est toujours édité et étudié depuis 1949 et je n’ai jamais entendu les Musulmans le critiquer.

Comme le système beydane minoritaire en Mauritanie veut garder le pouvoir, il tient à prouver au Monde Arabe et aux Musulmans leur appartenance supérieure à ces communautés.

Quant à ces Hadiths dont on parle, ils sont pour la plupart fabriqués de toutes pièces bien après le Prophète selon Docteur AJJAH AL KHAYDIBI Mohamed, Al Iilaamou fi Sadri Al Islaami, Damas, 1987, p. 126 : « Abou ANAS nous a informés que Mokhtar Al SAQHAFI, l’un des Bani Oumayat a dit aux gens des hadiths « rédiges- moi des hadiths au nom du Prophète et en contrepartie je te paye 10 000 dirhams, des habits, une monture et un esclave. »

De ce fait, beaucoup de hadiths actuels ne datent pas de la période du Prophète et que beaucoup de notables dans le Monde arabe payaient pour la production de cette littérature pour leur propre prestige.

La question qu’il faut se poser est pourquoi vouloir remplacer DIEU sur terre en condamnant à mort Mohamed Cheikh Ould Mohamed MKHAITIR, dès lors que nous savons qu’ALLAAH a son Jour du Jugement Dernier, dispose de ses Anges, de ses Djinnes, de ses paradis ainsi que de ses enfers ?

Le bon DIEU n’a pas besoin d’intermédiaire pour détruire sa créature comme il l’a bien dit dans la Sourate Baqhara, N°1, chapitre 256, « Il n’y a pas d’obligation dans la religion (…) Allah Entend et Connait.»

En guise de conclusion, nous pouvons dire que les croyances religieuses sont toutes des patrimoines mondiaux et que la religion appartient à DIEU.Le système beydane mauritanien vient, par l’intermédiaire de ses organes judiciaires, de condamner à mort un de ses citoyens par peloton d’exécution pour APOSTHASIE.

Notre camarade Bâ Cheikh Oumar, érudit arabisant de formation, qui a longuement étudié le sujet, nous éclaire sur les tenants et aboutissants de ces sordides manœuvres qui, en fait, ne révèlent que la détermination du système à éradiquer toute tentative d’émancipation.

Ce qu’a dit Mohamed Cheikh Ould Mohamed MKHAITIR, aujourd’hui condamné à mort en Mauritanie, Taha Housseynou l’avait déjà dit : « les compagnons du Prophète Mohamed l’ont critiqué et lui ont dit une fois, deux fois et trois fois « Soit juste Mohamed », mais le prophète ne leur a pas répondu. Ils lui ont dit si Toi tu n’es pas juste, personne ne le sera.» cf Al Fitnatou al Koubra, page 199, Le Caire, Koursiche Nil, 1947, Tome 1.

Cet ouvrage est toujours édité et étudié depuis 1949 et je n’ai jamais entendu les Musulmans le critiquer.

Comme le système beydane minoritaire en Mauritanie veut garder le pouvoir, il tient à prouver au Monde Arabe et aux Musulmans leur appartenance supérieure à ces communautés.

Quant à ces Hadiths dont on parle, ils sont pour la plupart fabriqués de toutes pièces bien après le Prophète selon Docteur AJJAH AL KHAYDIBI Mohamed, Al Iilaamou fi Sadri Al Islaami, Damas, 1987, p. 126 : « Abou ANAS nous a informés que Mokhtar Al SAQHAFI, l’un des Bani Oumayat a dit aux gens des hadiths « rédiges- moi des hadiths au nom du Prophète et en contrepartie je te paye 10 000 dirhams, des habits, une monture et un esclave. »

De ce fait, beaucoup de hadiths actuels ne datent pas de la période du Prophète et que beaucoup de notables dans le Monde arabe payaient pour la production de cette littérature pour leur propre prestige.

La question qu’il faut se poser est pourquoi vouloir remplacer DIEU sur terre en condamnant à mort Mohamed Cheikh Ould Mohamed MKHAITIR, dès lors que nous savons qu’ALLAAH a son Jour du Jugement Dernier, dispose de ses Anges, de ses Djinns, de ses paradis ainsi que de ses enfers ?

Le bon DIEU n’a pas besoin d’intermédiaire pour détruire sa créature comme il l’a bien dit dans la Sourate Baqhara, N°1, chapitre 256, « Il n’y a pas d’obligation dans la religion (…) Allah Entend et Connait.»

En guise de conclusion, nous pouvons dire que les croyances religieuses sont toutes des patrimoines mondiaux et que la religion appartient à DIEU.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :