Moustapha Niasse à Macky Sall sur la gestion des hydrocarbures : « Nous allons vous accompagner à la limite de nos moyens ».

Sauf autorisation préalable, la reprise totale ou partielle d'un article sur ce site est formellement interdite.

= 293

Diamniadio, Le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, a promis mardi plein soutien au chef de l’Etat Macky Sall dans la réflexion collective sur l’exploitation des ressources pétrolières et gazières, à laquelle ce dernier a appelé les ’’forces vives’’ du Sénégal.

« Nous allons vous accompagner à la limite de nos moyens », a-t-il dit lors de son intervention lors des travaux de la concertation nationale sur la gestion des recettes attendues de l’exploitation du pétrole et du gaz au Sénégal, à l’horizon 2021-2023.

« Dieu nous a donné une manne. Au lieu de dormir, nous avons décidé de réfléchir avec un cœur généreux et l’esprit disponible’’, en vue « d’assurer le partage et la répartition de ces richesses », a souligné Moustapha Niasse.

Aussi juge-t-il ce dialogue national sur l’exploitation des ressources pétrolières et gazières « 10 fois » historique.

Depuis 2014, des découvertes de gaz « de classe mondiale » ont été faites dans les profondeurs offshore, au nord de la péninsule de Dakar.

Il s’agit de Grand tortue, 20 Tcf (560 milliards de mètres cubes), Teranga 5Tcf (140 milliards de mètres cubes) et Yakaar 15 Tcf (420 milliards mètres cubes).

Le développement et l’exploitation de ces découvertes vont commencer avec le champ Grand tortue dont le gisement est à cheval sur la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie.

En février dernier, le Sénégal et la Mauritanie ont conclu un Accord de coopération internationale (ACI) portant sur l’exploitation du gisement gazier offshore commun « Grand Tortue-Ahmeyim » (GTA) de 450 milliards de mètres cubes à partir de 2021, lequel accord a été approuvé par les députés sénégalais début juin.

Il permettra ainsi au découvreur américain Kosmos Energy et à la major britannique BP de décider, au cours de cette année, le lancement de l’exploitation d’un gisement estimé à 450 milliards de mètres cubes, soit l’équivalent de 14% des réserves de gaz nigérianes.

La multinationale pétrolière britannique envisage de faire ses premières livraisons de gaz sur le marché mondial à l’horizon 2021.

Les deux sociétés nationales du Sénégal et de la Mauritanie et BP et Kosmos ont d’ores et déjà entamé les études pour le développement du champ.

S’agissant des ressources pétrolières, quatre découvertes ont été faites dans le bloc Sangomar profond depuis 2014.

La découverte SNE-1, entièrement évaluée, compte des réserves comprises entre 346 et 998 millions de barils de pétrole.

Selon les évaluations faites à ce stade, le développement du champ SNE nécessite un investissement global de 5,83 milliards de dollars US.

Laisser un commentaire