Terroriste présumé: Imam Ndao et Cie maintenus en prison par la Chambre d’accusation

= 587

Imam Alioune Badara Ndao, Imam Mamadou Sall et leur coïnculpé Mor Mbaye Dème restent en prison. Car, la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar a confirmé l’ordonnance de rejet de leur demande de liberté provisoire rendue par le Doyen des juges d’instruction.

Désillusion pour Imam Alioune Badara Ndao, Imam Mamadou Sall et leur coïnculpé Mor Mbaye Dème, inculpés pour actes de terrorisme. Le trio n’a pas pu bénéficier de liberté provisoire, hier. Car la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar a rejeté leur requête, confirmant ainsi l’ordonnance de refus rendue, il y a un mois, par le Doyen des juges d’instruction. Le juge Samba Sall s’est opposé à la mise en liberté provisoire des inculpés, au motif que les faits sont extrêmement graves et qu’il y a des risques de collusion avec d’autres groupes terroristes. Il a aussi motivé sa décision par le fait qu’il n’a pas encore entendu Imam Ndao par rapport aux documents retrouvés chez lui, au moment de la perquisition.

Face aux juges d’appel hier, les avocats ont expliqué que ces arguments ne sauraient prospérer. D’autant plus qu’Imam Ndao a été auditionné, la semaine dernière. Par conséquent, les conseils ont déclaré que ce motif devrait sauter. Toujours d’après nos sources, les conseils des inculpés ont soutenu qu’il n’y a aucun fait grave puisque l’accusation ne repose sur aucun élément objectif. L’argument du risque de collusion a aussi été réfuté. Les avocats ont fait savoir aux juges que l’existence de liens entre leurs clients et les supposés groupes évoqués par le magistrat instructeur n’est pas établi. Malgré leurs arguments, le représentant du parquet a estimé que les faits sont bel et bien ‘’très graves’’ et qu’il y a des risques.

L’attentat contre le prêtre Jacques Hamel s’invite aux débats

A ce propos, le maître des poursuites, dit-on, a fait un parallélisme avec l’attentat perpétré contre le prêtre Jacques Hamel, égorgé à Saint-Etienne-du-Rouvray en pleine messe par des terroristes. C’est pour rappeler que l’un des terroristes était sorti de prison, en mars passé et était assigné à résidence avec un bracelet électronique. Selon nos sources, le parquetier a insisté sur le contexte sous-régional. Concernant Mor Mbaye Dème, il craint que ce dernier, arrêté en Mauritanie, profite d’une libération pour sortir du pays, à travers le désert du Sahara. C’est fort de toutes ces raisons que le maître des poursuites a demandé au juge Assane Ndiaye et ses assesseurs de rejeter la requête des avocats.

Les dernières tentatives de la défense pour faire sortir de prison leurs clients n’ont pas pu convaincre les juges d’appel qui ont maintenu les inculpés en prison. Leur requête étant rejetée, les avocats comptent désormais sur la diligence du juge Samba Sall à boucler l’instruction, afin que leurs clients soient édifiés sur leur sort. Soit, être renvoyés en jugement, soit être libérés par un non-lieu.

Imam Ndao est en prison depuis novembre dernier, après son inculpation pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, acte de terrorisme, apologie du terrorisme, financement du terrorisme, blanchiment de capitaux dans le cadre d’activités terroristes en bandes organisées et complicité. Il a été inculpé en même temps qu’Imam Sall à qui le juge reproche les faits d’association de malfaiteurs et de blanchiment de capitaux. Plusieurs autres personnes avaient été inculpées, le même jour. Ensuite, la liste des inculpés s’est allongée au fil de l’instruction. Plusieurs personnes appréhendées dans des pays de la sous-région ont été rapatriées et inculpées.

L’Enquête Plus

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :