Thierno Alassane Sall : « Macky appelle au dialogue parce qu’il est contraint par le situation économique du pays »

= 6819

Le Leader du parti République des valeurs est convaincu que le dialogue national, lancé par le président Macky Sall le 28 mai dernier, ne peut pas régler les problèmes du pays. Selon Thierno Alassane Sall, les  concertations ne peuvent  pas produire un miracle.

« En ce qui concerne la République des Valeurs, je me pose des questions en ce qui concerne l’opportunité du dialogue. Je ne suis pas pour un dialogue organisé par Macky Sall pour se sortir du trou dans lequel il s’est mis et il a mis le Sénégal », déclare Thierno Alassane Sall.

Poursuivant, il explique : « Le dialogue était dans l’agenda de Macky Sall bien avant les élections, il a dit au micro de vos confrères de l’extérieur, comme souvent, il s’exprime à l’étranger sur des questions qui intéressent le Sénégal. Il (Macky Sall, ndlr) avait dit, rappelle-t-il : « on verra après les élections dans un climat détendu ce qu’on fera, mais là, sous entendant avant les élections, laissez-moi maintenir la pression, gagner les élections, comme je m’organise pour les gagner avec tous les moyens que j’y mets, quitte à tordre le cou aux principes élémentaires de démocraties et une fois que j’aurais gagné ce moment on pourra revenir sur le dialogue ».

L’invité de l’émission « Objection » de Sud Fm de ce dimanche 02 juin 2019 tient à informer les Sénégalais que : « le dialogue en lui-même ne peut pas produire un miracle sinon, après les Assises nationales, on ne peut y avoir de dialogue plus consensuel que les assises nationales où même des syndicats de presse comme Synpics, la patronat secteur, des intellectuels universitaires, des hommes libres comme Amadou Moctar Mbow, des partis politiques avaient participé, et étaient partis visiter l’ensemble du pays , ont organisé des audiences dans l’ensemble du pays et là tous les Sénégalais qui le souhaitent avait librement s’exprimer ».

Il ajoute : « On a sorti des recommandations absolument consensuelles sur lesquelles Macky Sall lui-même a apposé sa signature, rien ne vaut plus qu’une signature. Et il a passé le temps entre 2010-2012  jusqu’aux élections à promettre des réformes substantielles qui feraient progresser la démocratie du pays. Une fois arriver au pouvoir, la première chose qu’il a faite, c’est de casser le minimum qu’il avait trouvé et qui ne nous satisfaisait pas déjà, en 2012, c’est-à-dire le code de 92 ».

Deuxièmement, rappelle-t-il: « il a organisé un Référendum, où il a sorti une Constitution toute neuve, qui était censée être durable, intangible pendant au moins son ou ses mandats. Moins d’un an et demi après, il a changé cette Constitution pour introduire le Parrainage de par sa seule volonté avec un seul souci d’organiser des élections comme il l’entend pour gagner ».

« Plus grave, peste-t-il, pendant toute la campagne durant les élections, il n’a averti personne qu’il va modifier la Constitution pour supprimer le poste de Premier ministre. Il modifie la Constitution  comme il veut, il introduit ce qu’il veut et il dit après venons nous asseoir, on va voir les petites mesures cosmétiques genre parrainage, comment on va alléger la caution.

« Le débat, il est ailleurs »

A en croire Thierno Alassane Sall, le débat, il est ailleurs. « Quand on veut dialoguer avec les gens, il faut leur dire très clairement quels sont les problèmes. Macky Sall, qui est tout d’un coup devenu très friand au dialogue, c’est pas parce que il veut dialoguer en démocrate, c’est parce qu’il est contraint par la situation économique du pays qui est très grave ».

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :