Touba, une ville sans les dérives des métropoles modernes (Universitaire)

Sauf autorisation préalable, la reprise totale ou partielle d'un article sur ce site est formellement interdite.

= 4039

La ville de Touba est un ‘’exemple unique de grande ville » dont le développement ne s’accompagne pas des « dérives que l’on constate dans les métropoles les plus modernes’’, a déclaré vendredi le Professeur Lat Soukabé Mbow, agrégé des universités.

‘’Les villes religieuses se développent de façon spontanée, c’est-à-dire en dehors des facteurs de développement des autres villes comme Dakar et Thiès où il y a l’administration et l’industrie’’, a souligné le géographe, invité de la rédaction de l’APS, pour parler de son ouvrage « Quand le Sénégal fabrique sa géopolitique’.

‘’A Touba, Tivaouane et à Médina Gounass, c’est le fait religieux qui explique la concentration, et généralement, c’étaient des villages et l’agglomération s’est créée par la suite et a rendu nécessaire l’aménagement’’, a-t-il expliqué.

Il a relevé que « les autorités maraboutiques ont eu l’intelligence d’associer l’expertise de l’Etat et les architectes urbanistes indépendants à la réflexion et à l’organisation de la ville de Touba’’.

‘’C‘est pourquoi les extensions qui ont été décidées sous le Khalifa de Serigne Abdoul Ahad Mbacké et Serigne Saliou Mbacké n’étaient pas faites au hasard, parce qu’elles répondaient aux normes de l’urbanisme’’, estime le Professeur Lat Soukabé Mbow.

Selon lui, à un journaliste qui demandait quelles étaient les activités de divertissement dans la ville sainte de Touba, Serigne Moustapha Saliou Mbacké avait répondu avec ironie : « Les habitants de Touba se contentent de boire du café Touba et lire les Khassaïda de Serigne Touba comme moyens de divertissement’’.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *