});

Vote du budget du ministère de l’intérieur: Abdoulaye Daouda Diallo annonce le recrutement de 1 600 policiers

= 692

Le face-à-face entre les députés et le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a été riche en débat. Plusieurs sujets ont été passés en revue tels que la mendicité, l’enrôlement dans la police…. Sur ce point, le ministre a annoncé le recrutement de 1600 agents.

Le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique a profité de son passage à l’Assemblée nationale hier pour annoncer de nouveaux recrutements dans les rangs de la Police nationale. Pour Abdoulaye Daouda Diallo, il est prévu un enrôlement de 1 600 agents pour répondre à une nouvelle demande. ‘’On avait pour autorisation venant du chef de l’État de recruter 800 agents. Mais entre-temps, nous avons eu une nouvelle autorisation en réponse à la nouvelle demande pour recruter 1600 agents pour cette année’’, a renseigné le ministre de l’Intérieur. Pour le recrutement des commissaires de police, Abdoulaye Daouda Diallo a expliqué qu’il se pose des problèmes de départs. ‘’Même si on a vingt commissaires à recruter, il y a des chances qu’il y ait des départs à la retraite qui seraient de l’ordre de la moitié et dire que l’augmentation ne peut pas être proportionnelle au nombre de recrutement’’, a-t-il rajouté.

Le ministre s’est toutefois insurgé contre les conditions de travail de ses collaborateurs. ‘’Les policiers travaillent dans des conditions déplorables mais notre but est d’inverser la tendance avec la mise en place d’un programme’’, a-t-il promis. Les députés ont également interpellé le ministre sur la question de la mendicité. Abdoulaye Daouda Diallo a rappelé que la question est complexe et nécessite l’intervention du ministère de la Famille. ‘’La législation est très claire là-dessus, la mendicité est interdite au Sénégal. Nous ne sommes pas les seuls à pouvoir intervenir sur cette question parce qu’elle englobe des critères d’ordre social’’, a-t-il fait savoir. Le ministre de l’Intérieur envisage toutefois des solutions dans les mois à venir. ‘’On ne peut pas continuer à approuver ce phénomène surtout pour des questions de sécurité, il faudra y mettre un terme. On travaillera à fournir des réponses appropriées’’, a-t-il martelé.

Le député et par ailleurs leader de l’Union pour le renouveau démocratique (Urd), Djibo Leyti Ka, a soulevé la question du rapprochement institutionnel entre la police et la gendarmerie. A cette interpellation, Abdoulaye Daouda Diallo a tenu à rassurer : ‘’On y travaille et avec l’adoption prochain de la loi sur la sécurité intérieure, je pense que ce sera définitivement validé’’. Le ministre de l’Intérieur a toutefois magnifié la collaboration de son département avec celui des forces armées particulièrement la gendarmerie. ‘’Pour le moment, je magnifie la grande disponibilité du ministère des Forces armées, notamment la gendarmerie, dans le cadre de notre collaboration ; on travaille ensemble de manière constante. Et la question sécuritaire est prise en compte de façon participative. À ce niveau, la gendarmerie est particulièrement présente au niveau du ministère de l’Intérieur’’, a-t-il expliqué.

Enquête Plus

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :