});












135e pélèrinage des layènes : Un Appel, des inquiètudes

= 880

A quelques jours du 135ème Appel de Seydina Limamou Laye, Layène s’apprête à accueillir l’évènement prévu les 19 et 20 mai prochains. Membre de la cellule de communication de l’Appel, Seydina Issa Laye Diop exprime dans cette entretien, ses inquiétudes et espère que l’Etat va rendre praticables les routes pour une bonne circulation des personnes.

L’Appel de Limamou Laye est prévu les 19 et 20 mai prochains. Pouvez-vous nous faire le point sur les préparatifs ?

A deux semaines (Ndrl: l’entretien a eu lieu il y a une semaine) de la 135ème édition de l’Appel des layènes, le comité d’organisation est à pied d’œuvre depuis plus de deux mois, en tenant des réunions avec le comité de pilotage qui est l’instance suprême au-dessus du comité exécutif qui se tiendra d’ailleurs.

En dessous de ce comité exécutif, il y a les différentes commissions : la communication, la logistique, la restauration, l’hébergement, la santé etc. (…)

Des engagements avaient été pris par le service administratif. Toute semble être en bonne voie. Mais nous avons des inquiétudes par rapport aux infrastructures routières particulièrement, puisque les services compétents s’étaient engagés pour faire la route de Ndiaga Mbaye et à Cambérène, la route du quartier Deggo.

Sans compter qu’avant cet Appel-ci, les travaux de la corniche allaient être entamés.

Malheureusement, ce n’est pas encore le cas. Mais, l’Etat a pris des engagements pour au moins rendre cette corniche praticable : enlever tout le sable et rendre fluide la circulation surtout que l’évènement démarre à Cambérène devant le mausolée de Seydina Issa Laye.

A la fin de cette cérémonie vers 12 heures, il y aura un grand rush pour sortir de Cambérène. Souvent, il y a des gens qui mettent des heures avant d’arriver à Yoff.

Juste après le repas, les fidèles doivent se préparer à aller à Ngor afin de converger dans la grotte qui constitue la seconde étape de l’Appel.

Egalement, il y a des inquiétudes sur les branchements sociaux et les branchements provisoires : il s’agit de problèmes d’eau avec la Sde et la Sones, des problèmes d’électricité.

Ces dispositions doivent être prises pour permettre aux familles de pouvoir disposer suffisamment d’eau et d’éclairage dans les foyers, dans les cuisines, dans les rues.

Layène accueillera des milliers de fidèles, quelles sont les mesures prises par l’Etat sur le plan sanitaire ?
On va interdire le dépôt de gravats sur la place publique.

L’année dernière, lors de la cérémonie officielle de l’Appel, le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, avait annoncé un programme pour moderniser les cités religieuses.

Un an après, ce programme a-t-il commencé ?

Le programme n’a pas encore démarré. Mais il faut dire que nous avons entamé un travail que nous allons soumettre à l’Etat sur le littoral de Ngor jusqu’à Malika en passant par Yoff et Cambérène.

Après peut-être l’Etat pourra démarrer les travaux.

Est-ce que vous avez les assurances de l’Etat par rapport au problème des infrastructures routières ?

Le préfet de Dakar, Alyoune Badara Diop, avait donné des instructions de tenir une réunion avec les services des infrastructures, notamment Ageroute et le comité d’organisation. Cette réunion s’est tenue.

Avant, une autre réunion s’était tenue avec la présence de responsables d’Ageroute qui avaient fait le tour des endroits qui avaient été ciblés entre Yoff, Cambérène, Yeumbeul et Malika, parce que ce sont des localités où il y a le plus grand nombre de fidèles avec le village de Ngor aussi.

Toujours est-il qu’il y a un engagement triennal qui a été exprimé (2015, 2016 et 2017). Donc, ils ont choisi ce qu’ils peuvent réaliser pour 2015, 2016 et 2017.

Pour la route de Ndiaga Mbaye, les travaux étaient suspendus à la réalisation par les services de l’Onas afin de faire l’évacuation des eaux pluviales pour que Ageroute puisse venir faire la route. Pour 2014, cela a été un échec.

Et pour cette année, je ne pense pas que cette route puisse se réaliser dans les conditions souhaitées. Cependant, ils peuvent la rendre praticable pour les besoins de l’évènement.

Donc on peut dire que les layènes ne sont pas satisfaits ?

Effectivement, on n’est pas totalement satisfaits. Au niveau des engagements du ministère Infrastructures, nos inquiétudes persistent.

Quel est le thème de l’Appel de cette année ?

C’est «La paix dans le monde tirée des enseignements de Seydina Limamou Laye».

Pourquoi ?

Parce qu’à l’heure où nous vivons, il suffit de consulter les télévisions, l’internet, les réseaux sociaux, la radio pour constater qu’il y a beaucoup de foyers de tensions dans le monde.

La paix est un facteur de développement parce qu’aucun pays ne peut se développer dans la guerre. Sans la paix, il est même difficile pour un musulman de prier avec sérénité, d’aller à la mosquée ou aller au travail etc. Seydina Limamou (Psl) est un chantre de la paix. Il avait dit qu’il ferait le tour du monde pour cultiver la paix.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *