});












A. Aziz Mbacké Majalis :Les vendredis sont les jours où je me sens le plus fier d’être sénégalais…

= 2483

En effet, je ne peux m’empêcher de rendre intérieurement grâce au Seigneur de la grande faveur dont Il a gratifié notre pays. Lorsque, une fois par semaine, je me rends, à l’heure de la pause, à la mosquée la plus proche pour y sacrifier à l’usage. En admirant l’extraordinaire esprit de tolérance et de dépassement des différences dont les sénégalais sont capables. Avec – et c’est cela le plus étonnant pour un observateur attentif – un naturel et une « normalité » si déconcertants, au regard surtout des déchirements et massacres au nom de la religion qui sont entrain de détruire d’autres pays.

Rejoignant la procession de fidèles, en boubous vêtus, se dirigeant tranquillement vers la mosquée, nul d’entre nous ne fait plus cas de la confrérie, de l’obédience ou de la sensibilité religieuse de ses compagnons de prière. Alignés côte-à-côte sur nos tapis et nattes de prière, nul ne se soucie si son voisin est Mouride, Tidiane, Layène, Khadre, Salafite ou autre.

En me prosternant humblement derrière l’imam (que la majorité d’entre nous ne connaît pourtant pas), je ne me suis jamais demandé s’il était d’obédience soufie ou salafite, « sunnite » ou chiite, Pulaar ou Sereer, Géer ou Gewel. Que m’importait, en vérité, qu’il récite ou non la Basmallah au début de la Fatiha, qu’il posait ou non ses deux mains sur sa poitrine en récitant le Coran ? L’essentiel n’était-il pas qu’il priait ? Que m’importait, au fond, qu’il soit de telle classe sociale, de telle « caste » ou ethnie, du moment qu’il me transmettait le plus fidèlement qu’il pouvait le message de mon Seigneur et de notre Bien-Aimé Prophète (PSL) ? Que m’importait que ses habits soient aux couleurs de tel parti politique ou de tel autre ?

Pardi ! Ne devrais-je plus tendre les mains et dire « amin » durant le sermon de mon imam, juste parce qu’il était Tidiane, faisait le « wazifa » ou la « hadratu jumu’a » ? Qu’il était Layène et se rendait tous les ans à Yoff pour commémorer l’Appel historique de Seydina Limamou ? Qu’il était « Ibadou » et portait la barbe ? Qu’il était mouride, récitait les saints « khassaides » de Serigne Touba et portait un « Baye Lahad » ?

C’est en ces moments de communion spirituelle intense des sénégalais que l’on se rend le plus compte que nos différences formelles et de points de doctrine ne tiennent pas, en réalité, devant notre ultime unicité de foi. Et qu’au-delà de nos sensibilités et caractéristiques diverses et légitimes (chacun d’entre nous ayant ses convictions propres qu’il a le droit de défendre et de promouvoir), la force de notre peuple réside dans cette capacité que nous avons d’accepter l’autre et de respecter ses choix. Tant que ceux-ci n’agressent pas frontalement ceux des autres ou remettent en cause les fondements sacrés qui nous unissent.

Et cela, nous le devons surtout au génie de nos Pères Fondateurs (mag ñu baax ñi). A ces grandes figures historiques religieuses qui nous ont appris la Foi (Ngëm), la Patience (Muñ), l’Amour du prochain, le Respect de l’autre, la Tolérance et la Culture de la Paix. Ce précieux et commun legs qu’il nous appartiendra à tous de préserver jalousement contre les germes (internes et externes) de division, d’adversité et de déstabilisation qui risqueraient d’être préjudiciables à tous. Sans distinction d’obédience ou d’appartenance.

Croyez-vous que si jamais vous brûlez ce beau pays, votre famille, vos enfants, vos amis, votre obédience ou confrérie seraient saufs ? Yàlla na ñu sunu Boroom sàmm et fasse toujours de notre pays ce havre de tolérance pacifique…

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *