});












A DAKAR, TOUMBA SE BALADAIT AVEC DEUX GARDES-CORPS, ROULAIT DANS UN RANGE-ROVER ET UTILISAIT UN PERMIS GUINÉEN AU NOM D’ABOUBACAR BARRY

= 790

Le militaire guinéen Aboubacar Sidiki Diakité, dit «Toumba », a été arrêté à Dakar au Sénégal. C’est la section de recherches de la gendarmerie de la capitale qui a mené cette opération.

Le commandant était en fuite depuis décembre 2009. Aide de camp de Daddis Camara, il avait tiré et blessé grièvement le président auto-proclamé. « Toumba » était aussi à l’époque, le chef de la garde présidentielle, les bérets rouges, accusés d’être responsables des massacres perpétrés dans le stade de Conakry le 28 septembre 2009. Le militaire faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

La filature a duré un mois. Douze membres de la section de recherches de la gendarmerie ont travaillé 24 heures sur 24. « Toumba », très discret, vivait à Dakar dans un quartier bourgeois difficilement accessible à deux pas de la grande statue de la Renaissance.

Le fugitif avait pris du poids, il était donc difficilement reconnaissable et utilisait un permis guinéen au nom d’Aboubacar Barry pour passer les contrôles. Dès son arrestation, Aboubacar Diakité a reconnu son identité, confirmée par des documents retrouvés dans l’appartement qu’il louait.

Emmené à la caserne Samba Diery Diallo, « Toumba » a été interrogé durant tout le week-end. Coopératif, il a néanmoins refusé d’expliquer comment il vivait au Sénégal et s’il avait notamment des complicités ou des appuis extérieurs.

Il a été présenté lundi après-midi 19 décembre devant un juge est une procédure est ouverte. Les autorités judiciaires de Guinée-Conakry devraient rapidement se rapprocher du Sénégal pour demander son extradition.

Depuis maintenant 24 heures, la nouvelle de l’arrestation du lieutenant Toumba Diakité fait raffut dans le pays. A défaut d’un communiqué officiel, chacun y va de son commentaire. L’information la mieux propagée est l’arrestation du bourreau de l’ancien président de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara à Dakar, capitale du Sénégal.

Les autorités guinéennes se montrent très prudentes sur ce dossier aussi complexe que passionnant. «Je suis à l’étranger, je ne communique pas quand je suis à l’étranger. Le département va communiquer là-dessus dans les 48 heures», a laissé entendre le ministre de la justice, Me Cheik Sacko.

Par ailleurs, les esprits malins qui ne s’empêchent pas d’analyser à leur souhait, lient cette arrestation à la dernière sortie médiatique du Président de l’INDH, Mamadi Kaba.

Ce dernier, dans une déclaration, a souhaité un transfèrement du dossier du 28 septembre dans lequel est impliqué, le probable nouveau geôlier guinéen, devenu très célèbre à Dakar.

Pourvu que ça ne soit pas une opération de charme pour les autorités visant à servir leurs multiples agendas cachés.

Avec RFI

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.