});












Bocar Samba Dièye humilié, les Sénégalais dégoûtés

= 1098

Quand la Justice française avait lancé un mandat d’arrêt international contre Pape Massata Diack, suite à l’affaire de l’argent sale que son père est accusé d’avoir encaissé, avec sa complicité, pour couvrir le dopage d’athlètes russes, les autorités sénégalaises avaient été catégoriques.

Du haut de l’Assemblée nationale, le Premier ministre en personne avait laissé entendre que le Sénégal n’extradera pas un de ses fils et soutenu que Lamine Diack, qui fut le Président de la Fédération internationale de l’athlétisme, est de ces icônes du pays qu’il faut protéger.

Ce qui amène dès lors à se demander ce que les Diack, qui évoluaient dans les jeux, ont de plus méritant et honorable que Bocar Samba Dièye, grâce à l’importation de qui jamais le Sénégal n’a connu de pénurie de riz. La denrée alimentaire dont il approvisionne les Sénégalais, depuis la libéralisation de ce secteur en 1999.

Ainsi en 16 ans d’activités, ce commerçant établi à Grand Dakar a fait venir 99 bateaux, contenant des millions de tonnes de riz, denrée de base de l’alimentation des Sénégalais, pour une valeur de 998 milliards de francs Cfa ! Comme pour traduire leur mépris pour les opérateurs économiques locaux, qui alimentent pourtant le Trésor public, les autorités ont regardé interpellé ce vieil homme de près de 85 ans.

Parce qu’on le soupçonne d’avoir introduit dans le marché seulement 2 000 tonnes de riz, pourtant achetées en bonne et due forme à un importateur indien et enlevées légalement au Port autonome de Dakar.

Parce que probablement le brave homme n’a pas fait leur école. Pourtant, pour plus que ça, Jean Claude Mimran de la Compagnie sucrière sénégalaise n’a jamais été inquiété et ne le sera pas au Sénégal.

Orange Sénégal, présentement sous la coupole de l’ancien ministre français des Finances, Thierry Breton, fait pire.

Mais, nul ne lève le petit doigt. Mais puisque le vieux Bocar Samba Dièye n’est pas un Blanc, en lieu et place de le couvrir d’honneurs et de distinctions, les autorités complexées de ce pays n’ont pas été gênées de le voir pousser dans l’immonde cave du Tribunal de Dakar, pendant des heures, au milieu de malfrats.

Honte à la République, où les délinquants à col blanc se prélassent et où les honnêtes travailleurs ne font l’objet d’aucun respect des pouvoirs publics.

Que valent dès lors les discours du Président Macky sur la « vertu », pour qui sait que Bocar Samba Dièye a fait la transaction de banque à banque et que les services compétents ont bien attesté que le riz qu’il a acheté est bon à la consommation ?

Dans quel pays sommes-nous, pour qui sait encore que la plainte du vieux et très modeste Bocar contre la banque Cbeao-Attijari, qui lui a piqué plus de 6 milliards, est restée sans suite, parce qu’une « autorité d’en haut » a jugé nécessaire de faire suspendre cette plainte, car, le directeur de ladite banque est un Marocain !

On connaît les rapports entre certains Marocains et Macky.

xibar.net

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *