});
















COMMUNIQUE DU COMITÉ DIRECTEUR DU PDS.

= 986

1. Des responsables de l’APR, en particulier le Ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda DIALLO, harcèlent sans cesse les députés du PDS et leur demandent de soutenir Modou Diagne Fada, l’ex-Président du Groupe des Libéraux et Démocrates, dans le bras de fer qu’il a décidé d’engager contre le PDS et le Secrétaire Général National, le Président Abdoulaye WADE. Cette attitude est particulièrement ignoble notamment de la part de ce Ministre qui a la tutelle des partis politiques. On ne saurait être juge et partie.
Depuis plusieurs mois déjà, nous étions au courant de ses appels pour soutenir la fronde au sein du PDS. Trop, c’est trop. Ce Monsieur et tous les autres tentent d’assassiner notre démocratie qui, encore une fois, est constituée d’une majorité qui gouverne et une opposition qui s’oppose. Nous les mettons en garde devant l’opinion nationale et internationale. Cette attitude antirépublicaine et cette haine du PDS, principal parti au Sénégal, ne montrent que leurs limites personnelles et collectives.

2. Le Groupe des Libéraux et Démocrates a été déclaré en juillet 2012 par Oumar SARR, Coordinateur National du PDS (Cf. Annexe ci-joint). Il n’y a eu aucune déclaration depuis cette date. Conformément à la loi, le déclarant indiquera à l’Assemblée Nationale les changements intervenus dans notre groupe, notamment le changement du Président du Groupe. Conformément à la loi, la liste des nouvelles adhésions sera fournie. L’Assemblée ne peut que l’accepter. Les Présidents de groupe ne sont pas inamovibles. Ils ne sont pas élus sur une législature. Modou Diagne Fda était le dernier élu sur la liste nationale du PDS (9eme/9), pourtant le Président Abdoulaye WADE a eu à le proposer comme Président du Groupe. Aujourd’hui que le Président propose, en accord avec le comité directeur, une autre personne, en l’occurrence une femme pour booster encore une fois, la parité dans notre pays, le même Modou Diagne Fada, pour des raisons que tout le monde commence à comprendre, s’y oppose et veut l’appui du Macky SALL et de ses ministres.

3. Tout le monde doit comprendre que sans un groupe parlementaire véritablement représentatif de l’opposition, le peuple aura, en face, une assemblée nationale monocolore et il n’a pas élu cette assemblée-là. Le PDS, fort de sa majorité dans son groupe, lutte pour marquer cette majorité et avec, d’autres élus, portera, comme toujours, les revendications du peuple dans l’hémicycle.

Pour le Comité Directeur
Oumar SARR
SGA/Coordinateur National
ANNEXES
République du Sénégal Dakar, le 30 juillet 2012
Un Peuple-Un But- Une Foi
____________
Parti Démocratique Sénégalais
Dignité – Justice – Fraternité

Objet : constitution de groupe parlementaire

Monsieur le Président,
Par la présente, nous déclarons la constitution d’un groupe parlementaire dénommé « Groupe parlementaire des libéraux et démocrates ». Le texte de la déclaration et la liste des députés affiliés sont joints en annexe.
Nous avons désigné M. Modou DIAGNE comme président du groupe, et M. Mohammed DIENG comme vice-président.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.

Pour le groupe des députés signataires

Oumar SARR

Monsieur le Président
Assemblée Nationale
DAKAR
République du Sénégal
Un Peuple-Un But- Une Foi
_______
Parti Démocratique Sénégalais
Dignité – Justice – Fraternité

DECLARATION DE CONSTITUTION
DE GROUPE PARLEMENTAIRE

Le 1er Juillet 2012, l’Assemblée Nationale Sénégalaise a connu sa deuxième Le 1er Juillet 2012, l’Assemblée Nationale Sénégalaise a connu sa deuxième alternance démocratique. Ce fait, à lui tout seul, suffirait à démontrer, s’il en est encore besoin, que le Sénégal est désormais au premier rang des démocraties majeures en Afrique, voire dans le Monde, surtout quand on sait qu’il a été précédé par la deuxième alternance politique à la tête de l’Etat.

Et pourtant que de chemin parcouru, que d’obstacles surmontés, que de conquêtes démocratiques acquises depuis 1974, date de la création du PDS, premier parti d’opposition légale en Afrique et, surtout, depuis 1978, date de sa première entrée à l’Assemblée Nationale pour devenir une opposition parlementaire.

En effet, lorsqu’au mois de Mai 1978, le Parti Démocratique Sénégalais faisait sa première entrée à l’Assemblée Nationale et constituait son premier Groupe Parlementaire, la Démocratie Sénégalaise était à ses balbutiements avec une fragilité qui pouvait faire craindre, à tout moment, un retour au parti unique. Presque tous les droits et libertés étaient à conquérir et à préserver jalousement.
Les premiers députés du PDS s’étaient immédiatement positionnés pour remplir pleinement les fonctions du député qui sont au nombre de trois : la fonction de représentation du peuple dans tous les domaines, de protection et de défense de ses intérêts, la fonction de proposer des lois et celle de les voter, la fonction de contrôle de l’Exécutif.

C’est pourquoi les députés libéraux, dès le départ, ont fait le choix d’être les représentants authentiques et légitimes du Peuple et les défenseurs intransigeants de ses droits et de ses intérêts. Par un travail titanesque dans ce désert démocratique d’alors, ils entreprirent de restituer au Parlement sa véritable fonction tant du point de vue législatif que du contrôle de l’action gouvernementale. Dix ans plus tard, à l’occasion de la Constitution du 2e Groupe Parlementaire Libéral en 1988, les mêmes engagements furent repris : insuffler au Parlement et à la Démocratie Sénégalaise un nouveau dynamisme pour la construction d’une véritable conscience démocratique nationale.

Dans cette bataille, d’importantes conquêtes qui vont rendre irréversible la marche du Sénégal vers sa première alternance démocratique furent engrangées : adoption d’un nouveau Code Electoral démocratique, abaissement de l’âge électoral de 21 à 18 ans, traitement égal des partis sur l’ensemble du processus électoral, accroissement du pouvoir d’initiative parlementaire, renforcement du contrôle de l’Exécutif, institution des questions orales et écrites etc.

Les Députés du PDS se sont aussi révélés être les véritables dépositaires de la légitimité populaire par une défense farouche des intérêts et préoccupations des couches les plus défavorisées : le monde rural, les femmes, les jeunes, les artisans, les artistes mais aussi par la défense de l’industrie nationale, des travailleurs et des jeunes diplômés etc.

Après l’Alternance historique de 2000, les parlementaires libéraux ont contribué de manière décisive à l’élargissement et à la mise en œuvre d’espaces de libertés reconnus dans la nouvelle Constitution. Ils ont également joué un rôle de premier plan dans la mise en œuvre des importantes politiques économiques et sociales qui ont été initiées pendant cette décennie qui a vu le visage du Sénégal changer complètement grâce aux infrastructures de dernière génération, au développement fulgurant de l’Ecole et des Universités, à la démocratisation des infrastructures sanitaires et au bond fulgurant de notre agriculture qui s’est modernisée avec la GOANA et nous rapproche, aujourd’hui, de l’autosuffisance alimentaire.

Ces acquis indéniables, dans le domaine de la démocratie, des droits et libertés, dans les domaines économiques et sociaux comme au plan de la coopération internationale qui s’est largement diversifiée, positionnent aujourd’hui, incontestablement, le Sénégal comme une Démocratie Majeure et un Pays en voie d’émergence.

Nous, députés du Groupe des Libéraux et Démocrates, sommes fiers d’être, aujourd’hui, les continuateurs de ces premiers parlementaires libéraux et les gardiens vigilants de ces importants acquis.
Nous Nous engageons à refuser toute régression de ces conquêtes démocratiques et de ces acquis des populations sénégalaises dont nous entendons demeurer les représentants authentiques.
Dans cette perspective,
Devant la Nation Sénégalaise, Nous Nous Engageons solennellement à :
Au Plan Politique
– Constituer un bloc uni, solidaire et vigilant tant au sein de l’Assemblée que dans la vie nationale pour la défense intransigeante des droits et libertés et celle des intérêts des populations afin qu’il y ait un réel équilibre des pouvoirs ;
– Constituer un bloc vigilant pour le contrôle de l’action du Gouvernement et de l’Administration de même que pour la préservation des acquis de la décennie 2000-2011 voire leur renforcement par le nouveau gouvernement ;
– Constituer un bloc ouvert à tous ceux qui partagent la même philosophie politique et les mêmes ambitions pour un Sénégal prospère démocratique et solidaire ;
– tout mettre en œuvre pour l’effectivité du Statut de l’Opposition déjà adopté par notre Constitution afin que l’Opposition Parlementaire et son Chef puissent pleinement jouer leur rôle conformément à ce Statut ;
– Défendre résolument la souveraineté nationale et même l’Indépendance économique du Sénégal dans la plénitude de leurs dimensions tant pour ce qui est de l’intégrité territoriale que dans le cadre de la négociation et de la signature d’accords de défense ou de coopération ;
– Nouer, si nécessaire, des alliances avec d’autres forces politiques partageant la même philosophie politique et les mêmes valeurs pour apporter plus vite des solutions aux préoccupations des populations sénégalaises ;
Au Plan Economique et Social
– -parachever la parité hommes-femmes au niveau de toutes les institutions du pays,
– prendre en charge en priorité la demande sociale notamment pour une baisse effective du coût de la vie et surtout des prix des denrées de première nécessité ;
– développer des programmes d’emploi et de formation professionnelle des jeunes
– nous battre pour la Consolidation de la fin des délestages et minorer les effets des inondations par la poursuite accélérée des politiques déjà entreprises dans ces secteurs (Plan Takkal, Plan Jaxaay etc.) ;
– nous mobiliser en permanence pour la poursuite de la Politique de modernisation, de revalorisation, d’équipement et d’accompagnement du Monde Rural par la fourniture aux agriculteurs à des conditions avantageuses de matériels, d’engrais et de semences de qualité ;
– accompagner le renforcement des politiques révolutionnaires déjà entreprises dans les secteurs de l’Education, de la Santé et pour les couches sociales défavorisées (Femmes, Jeunes, Personnes du 3e Age, Banlieues, Handicapés etc.) ;
– soutenir le renforcement et la protection de notre industrie nationale afin qu’elle réponde davantage aux exigences de la mondialisation de l’économie

Au Plan International
– réaffirmer notre ancrage au Panafricanisme, à l’objectif des Etats-Unis d’Afrique et de la Renaissance Africaine avec la Diaspora comme 6e Région du Continent ;
– promouvoir la paix dans le pays, avec nos voisins et dans toute la sous-région afin de prévenir les situations de crise et de préconiser des solutions pouvant préserver la paix et la stabilité nationale et sous-régionale ;
– défendre des Projets majeurs comme la Solidarité Numérique, la Haute Autorité du Désert, la Grande Muraille Verte, le NEPAD etc.
– promouvoir la création et la consolidation de vastes espaces économiques africains et la diversification de notre coopération économique en vue d’investissements innovants pouvant accélérer l’accès de notre pays à l’émergence.
Au total, les Députés du Groupe des Libéraux et Démocrates s’engagent, en tant que représentants authentiques du Peuple, à demeurer en alerte permanente, avec une vigilance soutenue, pour le renforcement de la fonction législative et le contrôle du Gouvernement en vue de la restauration de l’image du Parlement et du Député.

Fait à Dakar, le 30 Juillet 2012

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *