});












DAROU KHOUDOSS: Les faucons de la communication au cœur du Magal.

= 794

C’est un groupe d’individus nourris par la facilité qui étouffent les responsables, on remarque des responsables  faucons qui gère mal l’image de la communication de Darou Khoudoss.

Depuis presque pas mal d’année l’histoire se répéte , à l’approche du magal de Cheikh Ahmadou Bamba à Darou khoudoss, la presse chargé de les accompagner dans le traitement et  la diffusion de l’information est des fois victime de mauvaise prise en charge.

La faute d’abord aux patrons de presse qui ne mettent pas leurs reporters dans d’excellentes conditions de travail pour éviter certaines dépenses.

D’autre part le comité d’organisation qui s’engage à fournir aux journalistes ce dont ils ont besoin pour mieux les canaliser.

Dans le premier cas d’espèce, les journalistes méconnaissent les règles du travail quand ils se permettent  d’accepter d’être pris en charge et désintéressés, ils se retrouvent dans une situation où informer juste et vrai leur devient difficile car ils ont été choyés par les organisateurs qui leur imposent les règles du jeu.

A partir de ce moment, on cesse d’être journaliste mais « banabana journaliste ». Sans éthique et déontologie on prêche le faux au vu et au su du patron de presse qui encourage le « banabana et minimise le vertueux journaliste. Cet amer constat perdure parce que les patrons de presse sont obsédés par l’aspect mercantile : Ce qui importe c’est le commercial, faire le maximum d’économie et arriver à satisfaire leur programme.

On ne demande pas aux journalistes défrayer  les organisateurs des événements mais de bien définir les relations pour ne pas tronquer leur plume ou raconter des contrevérités.

S’agissant de l’entourage  du comité d’organisation et en même temps un groupe d’individus véreux servent d’intermédiaire entre lui et la presse.

Ces gens fond des événements  une aubaine car il leur permet de satisfaire leurs besoins comme il le faut sur le dos des journalistes.

Selon certains confrères, il existe un lobby autour de Darou Khoudoss  , qui défale que l’argent de la presse pour se faire la part bell

Les reporters dénoncent et portent à la connaissance du  marabout que certains à son sein  ne sont tentés que s’enrichir illicitement.

La recommandation est la suivante : Que ces hommes de la presse sachent que ce qu’on les donne n’est pas un droit mais juste pour gérer les frais de déplacement.

Qu’ils le reçoivent ou non, ils sont censés  faire leur travail et pour les faucons qui ceinturent les marabouts qu’ils aillent travailler c’est plus bon pour eux que de magouiller et se nourrir sur le dos des marabouts.

Plus grave encore la magouille dont se livrent certains correspondants locaux.

La  gourmandise a fait que les responsables de communication n’ont intégré pas  la presse en ligne sur la compagne de communicaton pour le magal en donnant des communiqués  aux radios locaux et certains télévisions,en oubliant ou ignorant le potentiel de presse en ligne.

La faute la plus grave est de leurrer les marabouts en lancer un portail  web à une semaine du magal, tout ignorant les conditions d’accompagnements qui doivent suivre le lancement pour atteindre la cible pour le cas de Diwane.

En ce qui concerne la fédération wilaya qui a son compte le portail www.wilaya.sn qui est parfait du coté design et mauvais sur le plan SEO.

Serigne Mbacké DIENG/Mourides.info

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *