});

Dialogue pouvoir et oppostion, la PLADH s’engage et annonce des avancées.

= 700

Au sortir de sa réunion extraordinaire de ce lundi sur la situation qui prévaut au Sénégal, la PLADH (Plateforme africaine pour le développement des droits humains) reste très préoccupée par l’interdiction des marches et la restriction des libertés collectives et individuelles. Sur ce point précis, la PLADH tient à rappeler que le droit à la marche est un droit fondamental régit par la constitution du Sénégal

En effet, le Sénégal, faut-il le rappeler, a signé des traités et des conventions internationales qu’il se doit de respecter.
Par conséquent, la PLADH, exige la libération sans condition de toutes les personnes arrêtées le vendredi 30 et samedi 31 janvier à la Place de l’Obélisque de Dakar.
Toutefois, la plateforme Africaine pour le développement et les droits humains appelle le pouvoir et l’opposition à un dialogue constructif gage de stabilité et de paix dans le pays.

Sur ce, d’ailleurs, la PLADH a engagé des négociations avancées entre l’ensemble des partis prenantes pour sa mise en œuvre et se dit optimiste.

S’agissant de la situation en Afrique, la PLADH qui avait interpellé les dirigeants africains sur leur manque de solidarité au peuple nigérian et camerounais soutient et encourage la décision de l’UA et des pays de la région d’établir une force multinationale contre Boko Haram avec un engagement de 7500 hommes.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *