});












Diourbel : renforcement de capacités des femmes et des membres de la société civile

= 668

L’Association des femmes africaines pour la recherche et le développement (AFARD) s’est engagée pour le renforcement des capacités des femmes élues et des membres de la société civile du département de Diourbel, dans le cadre d’un atelier de deux jours ouvert mercredi en vue de promouvoir le contrôle citoyen et la reddition des comptes dans les collectivités locales.

Prenant prétexte du nouveau contexte marqué par l’acte III de la décentralisation et la loi sur la parité, l’AFARD a ainsi décidé de répondre à un besoin de formation exprimé à partir d’une étude de référence au sortir des élections locales.

L’étude avait pour objet de mesurer le niveau de participation politique des jeunes et des femmes dans les bureaux nouvellement créés et dans les conseils locaux.

 »Donc nous avons dit qu’il fallait mettre l’accent sur deux choses. Le premier aspect c’est le contrôle citoyen. Comment renforcer aujourd’hui les acteurs de la société civile pour que dans leur rôle de contre-pouvoir ils puissent accompagner, suivre et évaluer les actions au niveau de la commune et du département de Diourbel », a indiqué la secrétaire exécutive de l’AFARD, Odile Ndoumbé Faye.

 »Nous avons également pensé qu’à côté des acteurs de la société civile, il fallait que les femmes qui sont entrées en massivement dans les instances de prise de décision puissent être renforcées en termes de capacités pour pouvoir rendre compte du travail qu’elles sont en train de faire », a-t-elle ajouté.

Aussi, Odile Ndoumbé Faye a plaidé pour une traduction de la présence massive des femmes en résultats surtout en termes de transformations sociales positives dans la localité.

 »La présence des femmes dans les instances doit pouvoir apporter des transformations sociales positives dans la localité. Il faut qu’elles soient dans des positions qui permettent d’influencer et de faire avancer les choses et cela est aussi valables pour les jeunes », a-t-elle insisté.

Organisé en partenariat avec le fonds de développement pour les femmes, l’atelier regroupe trente participants.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *