});












Le directeur des Transports routiers écroué pour corruption : L’Ofnac tient son premier client

= 678

Mis en cause dans une enquête de l’Ofnac, le directeur, Seck Ndiaye Wade, a été inculpé dans un réseau de vente de documents administratifs qui, en principe, devraient être délivrés gratuitement.

La Direction des transports routiers a perdu sa tête depuis le jeudi dernier. Son directeur, El Hadj Seck Ndiaye Wade, a été mis sous mandat de dépôt sous l’inculpation de corruption passive, à la suite d’une enquête menée par l’office national de lutte contre la fraude et la corruption.

Il a été transféré à Rebeuss, en attendant de voir ce que la suite de l’enquête donnera. Les fidèles lecteurs du journal Le Quotidien se rappellent qu’en janvier de l’année dernier, le n°3585 du journal informait que M.

Seck Ndiaye Wade avait été entendu par l’Ofnac après des dénonciations d’usagers, qui se plaignaient de se voir vendre des documents administratifs com­me les permis de conduire, cartes grises et autres agréments, tous documents qui, en principe, sont totalement gratuits.

Etait particulièrement mis en cause, le directeur régional des Trans­ports routiers de Louga.

Fortement cuisiné, le mis en cause est passé à table, sans manquer de préciser qu’il ne voulait pas tomber tout seul. C’est ainsi qu’il a mis en cause son supérieur hiérarchique, le directeur national des Trans­ports routiers.

Selon les enquêteurs de l’Ofnac, le régional de Louga aurait reconnu se faire payer pour les prestations mentionnées, mais que les sommes qu’il recevait étaient partagées avec le directeur Seck Ndiaye Wade.

Après ses aveux et son inculpation, l’homme avait été relevé de ses fonctions, tandis que le ministre de tutelle, Mansour Elimane Kane, indiquait nettement que tout mis en cause devait en supporter les conséquences, car lui ne voulait protéger personne.

A l’époque des faits, M. Wade avait été entendu par l’Ofnac, mais aucune poursuite ne lui avait été notifiée.

Par la suite, tous les membres de la Direction régionale de Louga avaient été relevés, et le responsable s’est retrouvé aux arrêts.

Avec l’arrestation du directeur des Trans­ports routiers, on doit croire que l’enquête doit avoir connu de grandes avancées.

Le Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *