});












Disparition de l’avion 6VAIM : Sénégal air dans le brouillard

= 783

L’avion d’évacuation médicale de Sénégal air, à destination de Dakar, était entré en collision avec un Boeing de la compagnie Ceiba en partance pour Cotonou. Après l’abordage, l’appareil qui avait à son bord 7 personnes a connu une dépressurisation brutale avant de s’abîmer en mer. En attendant, les recherches se poursuivent pour le retrouver.

Le mystère autour des circonstances de la disparition de l’avion d’évacuation médicale 6V-Aim de la compagnie Sénégal air, qui avait à son bord 7 personnes portées disparues, s’est un peu dissipé. Le drame s’est joué à 10 mille mètres d’altitude. L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim) a annoncé hier que l’avion en provenance de Ouagadougou avait croisé samedi le vol Ceiba Cel 071 à destination de Cotonou, à 18h 12 min Gmt à environ 300 Nm (555Km) de Dakar.

«D’après les premières informations, il y aurait eu abordage entre les deux aéronefs, ce que les résultats de l’enquête technique permettront de confirmer ou d’infirmer», indique un communiqué de l’Anacim. L’instance de gestion aéronautique informe que l‘avion équato-guinéen, qui avait décollé de Dakar à 17h 29 pour rallier Cotonou, s’est alors détourné vers Malabo où il a atterri à 21h 40 mn. Mais il tenté en vain d’entrer en liaison avec l’appareil sénégalais en signalant immédiatement l’incident.

On a appris que le choc a provoqué une avarie et une subite dépressurisation de l’appareil, les sept personnes qui étaient à bord se sont évanouies. En pilotage automatique, l’avion a poursuivi sa route en direction de Dakar avant de s’abîmer en mer après avoir épuisé ses réserves de kérosène. On est certes loin de l’énigme du vol MH370 de Malaysia airlines qui devait relier Kuala Lumpur à Pékin samedi 8 mars 2014 avant de disparaître au large du Vietnam avec à son bord 239 personnes.

Mais l‘enquête devra dévoiler les circonstances exactes de la collision entre les deux avions. Les tragédies aéronautiques sont exceptionnellement provoquées par un abordage aérien (une collision entre deux avions en vol). Il est souvent lié à une mauvaise communication, une incompréhension entre le pilote et le contrôleur aérien ou entre les pilotes, une erreur de navigation, une baisse de vigilance ou modification des plans de vol.

Les autorités de l’aviation civile doivent éclairer une autre zone d’ombre : les deux avions étaient ou non dans le même couloir aérien. Par conséquent, des recoupements sont en train d’être faits au niveau des tours de contrôle de Malabo, de Niamey et de Cotonou.

7 personnes portées disparues
En attendant, les recherches se poursuivent pour retrouver l’avion qui a disparu des écrans radars samedi à 19h 08. Elles ont repris dimanche à 6h du matin avec l’entrée en lice de deux avions et d’un navire de la marine nationale, a annoncé à l’Agence de presse sénégalaise le service de communication du ministère des Transports aériens. Le navire de la marine nationale est suffisamment équipé pour rester dix jours en mer, a souligné la même source. Par ailleurs, une cellule de crise a été installée à l’aéroport de Dakar.

Le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, et son collègue des Forces armées, Augustin Tine, suivent de près l’évolution de la situation au sujet de cette affaire. Il faut savoir que cet appareil affrété par Sos Médecins effectuait une liaison entre Ouaga et Dakar. Il avait à son bord 7 personnes (2 pilotes algériens, un mécanicien congolais, un médecin et deux infirmiers sénégalais et une patiente française) qui sont portées disparues. Et les explications de leur disparition se trouvent sans doute dans les boites noires qu’il faudra retrouver pour lever définitivement les zones d’ombre.

Le Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *