});












Drame à Thiès : Un talibé égorgé deux autres éventrés

= 701

Un individu répondant au nom de Moustapha Ngom dit «Dubaï» s’est introduit ce samedi vers les coups de 23 heures au daara Serigne Bassirou Kane établi au quartier Madina Fall où il a égorgé un talibé et a grièvement blessé deux autres qui sont admis à l’hôpital Amadou Sakhir Djéguéne de Thiès. Il est présentement en garde à vue au Commissariat central de Thiès.

C’est l’horreur à Thiès. Alors que l’émotion est vive après que Dame Sène, jeune talibé a été battu à mort à Yeumbeul par son maître coranique, un autre talibé a été égorgé dans la capitale du Rail.

Profitant de l’absence du maître coranique et des talibés adultes, Moustapha Ngom dit «Dubaï» s’est introduit ce samedi aux environs de 23 heures dans l’école coranique Serigne Bassirou Kane.

Muni d’une machette, «Dubaï» s’est attaqué aux pensionnaires dudit établissement coranique.

Agé d’une quarantaine d’années, il a trouvé cinq jeunes talibés dans les bras de Morphée dans une chambre. Il s’est alors mis à leur donner de violents coups de machettes.

Plus chanceux, deux d’entre eux vont parvenir à s’échapper. Les trois autres, âgés entre 7 et 8 ans, seront pris au piège dans la chambre.

Le plus petit Pape Ndiaye a été égorgé et traîné jusque dans la rue. Il a éventré les deux autres, Médoune Lô et Djiby Kassé.

Ces derniers, selon les témoignages recueillis sur place, auraient les intestins qui sortaient de leurs ventres.

Au moment de la tragédie, le maître coranique et d’autres pensionnaires de son daara assistaient à des chants religieux organisés en mémoire de Chérif Abdourahmane Guèye, décédé dans un accident de circulation le jour de la Korité. A son retour, le chef de l’école coranique découvre le drame et les talibés qui sont mourants sur un matelas.

Interrogés sur l’auteur de l’attaque, les rescapés désigneront le vendeur de produits de massage du coin, Moustapha Ngom, comme étant leur bourreau.

Ainsi vont-ils entreprendre, sous la pluie, la recherche du jeune talibé Pape Ndiaye porté disparu. En vain.

C’est finalement au petit matin que le jeune talibé sera retrouvé mort baignant dans son sang non loin du daara.

Son corps sans vie sera conduit à la morgue de l’hôpital Ahmadou Sakhir Ndiéguène après les constats d’usage de la police.

Quant à Médoune Lô et Djiby Kassé, ils sont admis en soins intensifs aux urgences de l’hôpital régional de Thiès.

L’agresseur, lui, a été cueilli chez lui, au quartier Kawssara Fall et conduit au Commissariat central de Thiès. Cet homme, d’après certains témoignages, est un drogué et avait même ses propres enfants qui furent pensionnaires de la même école coranique où il a massacré trois talibés.

Le Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *