});












«Dysfonctionnements» dans le référendum : L’opposition veut la tête de Doudou Ndir

= 870

Les «nonistes» de Gor ca wax ja mettent Abdoulaye Daouda Diallo et Doudou Ndir dans le même sac. Cette coalition de l’opposition veut le remplacement «sans délai» du président de la Cena suite aux «dysfonctionnements» de ses services décentralisés, notamment les Ceda et les Decena.

L’opposition multiplie les fronts après le référendum du 20 mars dernier. En plus d’avoir récusé «fortement» le ministre en charge des élections et son remplacement par une personnalité «neutre et impartiale» et d’avoir rejeté les résultats du scrutin, la coalition du Non/Gor ca wax ja exige le départ «pur et simple» et «sans délai» du président de la Commission électorale nationale autonome (Cena) Doudou Ndir.

En effet, dans la déclaration liminaire de leur conférence hier au siège de Bokk gis gis, le Pds, Rewmi, l’Ucs, Fsd/Bj, le Grand parti, entre autres, estiment que la Cena a «failli à plusieurs reprises à sa mission».

Ils relèvent ainsi un «manque de réactivité» suite aux diverses «irrégularités qui ont entaché l’opération de révision des listes électorales de l’année 2015 ayant enregistré plus de 287 mille mouvements (nouvelles inscriptions, mutations, changements de statut, etc.)».

Ce, alors que, rappellent-ils, «la moyenne habituelle n’a jamais dépassé 60 mille nouvelles inscriptions par an».
Autres griefs de l’opposition contre l’organe de supervision des élections, une «entorse aux dispositions de l’article L7 qui prône l’intégrité morale, la neutralité et l’impartialité dans le choix des personnalités indépendantes qui doivent composer la Cena et ses démembrements : Ceda et Decena».

L’opposition multiplie les exemples : «La désignation de trois militants de l’Apr pour diriger la Decena de la Zambie.

Le Président étant candidat malheureux pour être le coordonnateur du comité électoral de l’Apr pour le référendum» ou encore «les votes enregistrés au niveau de certains pays avec des photocopies de Cni, de passeport, de carte consulaire, sans consensus avéré préalable, en violation de l’article 76 : (cas notamment de Pointe Noire au Congo Braz­zaville)».

La coalition Gor ca wax ja, qui n’a pas épargné le camp présidentiel qui a eu un comportement «anti-républicain» et le Cnra qui a fait preuve d’une «indifférence et une incapacité avérées», exige «la fusion de la carte nationale d’identité et de la carte d’électeur et l’utilisation d’une borne biométrique pour identifier les électeurs».

Le Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *