});












Est ce que Baldé, idy, Pape Diop et Karim pourront tenir face à Macky en 2017 ?

= 631

Le Sénégal est à deux ans de la future Présidentielle. Mais les candidatures s’annoncent et se fomentent. Celle des socialistes est une évidence, même si ils mènent un jeu malicieux, en continuant à siéger dans un gouvernement qu’ils combattront.

Certes, Macky sera bien candidat. Son bilan, sa communication politique et sa stratégie de reconquête pèseront lourdement. Mais des candidats redoutables peuvent faire changer la donne : c’est le B.I.P qui risque de faire boiter le cheval Apr : Baldé, Idrissa Seck, Pape Diop.
Baldé, le Maire de Ziguinchor, élargit ses bases et déjà, son bilan positif à la tête de l’Ams salué par ses pairs, constitue un atout qu’il peut bien utiliser. Dans le sud, il jouit d’une force électorale solide qui peut bien peser sur les urnes.

Idrissa Seck, stratège de la communication politique qui n’a pas réussi à être le 4èmePrésident de la République, joue certainement sa dernière carte. Il sait être d’assaut et surgir au moment où on ne l’attend pas. Son vice politique est son absentéisme. Il n’apparait qu’à la veille d’enjeux et ne se prononce plus sur les questions majeures. Certes, il a beaucoup perdu de sa crédibilité, de sa popularité et de ses atouts politiques. Mais la politique n’étant pas toujours un scénario, il peut bien faire mal.

De tous les candidats libéraux potentiels, Baldé et Pape Diop sont beaucoup à craindre. Le Président Pape Diop jouit d’un réseau national qu’il manage avec une subtile discrétion et avec une stratégie qui l’éloigne de la visibilité médiatique. Il semble bien maitriser l’adage : si on sait où on va, on risque de ne jamais y parvenir.
La géopolitique sénégalaise n’est pas actuellement homogène. Aucun parti ne détient une majorité absolue. La majorité présidentielle est plus institutionnelle que politique. D’ici à 2017, elle connaitra des cassures qui seraient causées par les ambitions des uns et par la volonté des autres, surtout les petits partis, de mener le jeu de la supercherie.

Le Ps n’a pas encore clairement indiqué son candidat. Si c’est Tanor, ce serait un cataclysme. Si c’est Khalifa Sall, ce serait une faillite, car être aimé à Dakar ne signifie pas être le superman sur l’ensemble du territoire national. Encore que Khalifa semble frileux devant sa supposée candidature.

Macky devrait tenir à l’œil le B.I.P, Baldé, Idrissa Seck et Pape Diop, surtout que l’ancien Président du Sénat, de l’Assemblée nationale et ancien Maire de Dakar est un vétéran du jeu politique qui sait mener un travail de fourmi.

Le Piroguier

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.