});

Faux passeports : « Nous avons perdu tout pouvoir d’indignation et d’étonnement depuis que des députés… » (Dr Abdoulaye Niane)

= 23878
Sans langue de bois ! Le président de la coalition « Jotna », Docteur Abdoulaye Niane s’est prononcé sur l’affaire de trafic de faux passeports diplomatiques dans laquelle des députés à l’Assemblée nationale sont trempés. 
le leader du Parti « Téranga Sénégal » réclame des sanctions contre les présumés faussaires.
« Ce sont des faits divers qui, malheureusement, sont alarmants, s’ils touchent des institutions aussi prestigieuses, aussi stratégiques que l’Assemblée nationale.
Dans ce pays, nous avons perdu tout pouvoir d’indignation et d’étonnement depuis que des députés ont été mêlés à des trafics de faux billets et qu’ils ont été, après, libérés sans pour que l’opinion publique ne soit clairement édifié sur ce qui c’est passé » a déploré notre interlocuteur.
Dr Abdoulaye Niane dit halte à l’impunité et réclame justice dans cette affaire.
Selon lui, on doit travailler sur le profil des représentants du peuple à l’hémicycle pour parer à des éventuels scandales à l’Assemblée nationale.
 » Je pense que c’est l’escalade et on doit arrêter cela. Ne plus permettre que des députés soient mêlés à cela…. il faut travailler sur le profil des députés, mais aussi voir une position de justice claire qui voudrait qu’on ne veut protéger personne quelle que soit sa posture dans l’échiquier national » a laissé entendre le leader politique et ailleurs président de la coalition Jotna.
« Le coup d’Etat en Guinée, c’est une bonne leçon pour les présidents africains »
Interpellé par Seneweb sur le récent coup d’Etat en Guinée Conakry, Docteur Abdoulaye Niane est d’avis que c’est une bonne leçon pour les présidents africains qui veulent s’accaparer du pouvoir.
« C’est bien dommage qu’au 21ème siècle, l’Afrique continue d’être le théâtre de coups d’Etat.
C’est une histoire qui devrait être dépassée, mais malheureusement c’est notre histoire actuelle.
Nous pouvons dire qu’il n’y a pas d’effet sans cause.
Et probablement l’une des causes les plus immédiates de ce coup d’Etat, c’est la recherche effrénée du pouvoir sans tenir compte des conditions démocratiques », condamne-t-il.
Selon lui, l’ex-homme fort de Conakry avait tripatouillé la constitution guinéenne pour briguer un troisième mandat avant d’être freiné par les putschistes.
« Alpha Condé a voulu être reconduit en foulant au pied les principes de la constitution guinéenne qui limitait les mandats à deux.
Mais il a été rattrapé et c’est une bonne leçon pour tous les autres chefs d’Etat qui veulent méconnaître les principes constitutionnels.
Au Sénégal, on ne doit même pas penser à un troisième mandat parce que la constitution est claire là-dessus » précise le président du Parti Téranga.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :