});












Fichier électoral : Le Pds réclame un droit de regard

= 758

Si le Pds n’est «pas concerné» par le référendum, il n’entend pas cependant faciliter la tâche au ministère de l’Intérieur. Son secrétaire général adjoint a adressé deux requêtes à Abdoulaye Daouda Diallo.

Les Libéraux veulent exercer leur «droit de regard» sur le fichier général et veulent la prise en compte de l’expiration de «milliers» de cartes d’électeur en 2016.

Le Parti démocratique sénégalais a décidé de boycotter le référendum du 20 mars, mais tient bien à exister en marge de ce scrutin.

Il a adressé, lundi, deux requêtes au ministre de l’Inté­rieur. L’une portant la prise en compte de l’expiration massive des cartes d’électeur en 2016 et l’autre pour la communication du fichier général des électeurs.

Les Libéraux se réfèrent ainsi à l’article 53 qui dispose que «l’administration est chargée de l’impression et de l’établissement des cartes d’électeur aux frais de l’Etat».

«Nous vous demandons d’engager vos services compétents à prendre les mesures idoines aux fins d’application de l’article cité en référence notamment en ses alinéas 1, 3, 5 et 8 relatifs à la prise en charge, à la durée de validité et au renouvellement de la carte d’électeur», lit-on dans la lettre signée par Oumar Sarr.

Le coordonnateur du Pds estime, en effet, que «des milliers de cartes d’électeur expirant en 2016, il est du devoir du département en charge des élections de prendre les dispositions requises pour édifier les électeurs relativement aux décisions prises par l’Etat pour faire face à cette situation».

Les Libéraux de rappeler à Abdoulaye Daouda Diallo : «Le renouvellement de la carte d’électeur expirée est effectué, aux termes de l’alinéa 5 de l’article cité en référence, l’année qui suit l’expiration (2017) pendant la révision ordinaire.»

Ces contraintes imposent, par conséquent, soulignent-ils, aux autorités en charge de prendre les dispositions adéquates permettant à tous ces citoyens, «qui ignorent la loi, de ne pas être déchus, à leur insu et involontairement, de leur droit et de leur devoir de voter faute de cartes d’électeur en cours de validité (4 716 822 inscrits en 2006 avec l’opération de couplage carte nationale d’identité/carte d’électeur)».

Sur la communication du fichier général des électeurs, le secrétaire général adjoint du Pds cite l’article L 48 qui donne un «droit de regard et de contrôle sur la tenue du fichier aux partis politiques légalement constitués».

Les Libéraux demandent ainsi au ministre de tenir à leur disposition le fichier «aussi bien en support magnétique qu’en format papier» pour lui permettre d’exercer ses droits.

Le Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *