});












Formation maritime et environnement international Une conformité qui place le Sénégal sur la liste blanche de l’OMI

= 3098

Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime a présidé, hier, la cérémonie solennelle de remise de diplômes aux sortants de la 51ème promotion de l’Ecole nationale de Formation maritime.

Oumar Guèye a fait état d’une conformité à l’environnement international qui confère le Sénégal une place sur la liste blanche de l’OMI permettant ainsi d’exporter de la main d’œuvre maritime qualifiée.

Dans un contexte mondial concurrentiel découlant de l’harmonisation de la formation maritime, le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye, estime que disposer d’un portefeuille de compétences constitue un avantage certain pour un emploi stable.

C’est cette exigence de compétences qui, selon lui, fondent la volonté du Sénégal de renforcer le plateau international en matière de formation maritime avec le projet de création d’une Ecole nationale supérieure de formation.

Et, le Groupe Consus s’est engagé à accompagner l’Etat du Sénégal dans la mise en place dudit projet. « Ce qui illustre une fois encore l’exemplarité des relations bilatérales entre nos deux pays », a-dit le ministre.

La cérémonie officielle s’est tenue en présence de Mme Catérine Kasverzik, ministre polonais des Affaires étrangères, qui a témoigné du dynamisme des relations anciennes et privilégiées entre les peoples sénégalais et polonais.

A ce titre, M. Oumar Guèye a rappelé les interventions multiformes de la Pologne au Sénégal, notamment la construction du Port de Pêche de Saint- Louis en 1978, communément appelé Port polonais, ainsi que la récente décision du président de la République, Macky Sall, d’ouvrir une ambassade sénégalaise à Varsovie.

A l’instar de cette de cette coopération, a souligné le ministre Oumar Guèye, le Sénégal attache un intérêt capital à la promotion des ressources humaines compétentes à même de porter les ambitions des politiques publiques de développement.

C’est pour cette raison, a-t-il insisté, que le chef de l’Etat accorde une attention particulière au capital humain dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (PSE), « référentiel unique des politiques de développement économique et social ».

Le ministre sénégalais en charge de la Pêche s’est réjoui ainsi des efforts consentis par l’Ecole nationale de Formation maritime (ENFM) pour se mettre aux normes et standards internationaux définis par la Convention de l’Organisation maritime internationale (OMI)  sur les standards de veille et de formation des personnels navigants. « Cette conformité à l’environnement international confère à notre pays une place sur la liste blanche de l’OMI permettant ainsi d’exporter de la main d’œuvre maritime qualifiée », a relevé Oumar Guèye précisant que cette reconnaissance internationale a été renouvelée à la suite de l’audition de l’administration maritime sénégalaise par l’agence européenne de sécurité maritime.

Cheikh Seck NDONG

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *