});












Gabon:Cheikh Ahmadou Bamba, a vécu un exil de sept ans dans ce pays d’Afrique central et y a laissé des empreintes indélébiles.

= 1793

En route vers le Magal sur les traces de Khadim Rassoul, entame cette année les préparatifs de l’évènement religieux le plus couru en Afrique par un périple au Gabon. Cheikh Ahmadou Bamba, a vécu un exil de sept ans dans ce pays d’Afrique central et y  a laissé des empreintes indélébiles. Au delà de l’aspect culturel de cet évènement, le séjour officiel d’un de ses descendants qui porte la parole de l’actuel Khalife pour commémorer ce séjour, constitue une grande première , pour les disciples, mais aussi un coup de pouce dans les relations qui lient les deux pays. 

Depuis hier le comité d’organisation du grand Magal de Touba a convoyé plusieurs disciples sous la haute autorité de Serigne Cheikh Bassirou Mbacké Abdou Khadre, pour commémorer ce séjour de 07 ans du Cheikh Ahmadou Bamba. Pour ce faire, l’évènement  verra la tenue de plusieurs manifestations. Au programme, il y aura la visite des sites et des conférences animés par d’éminentes personnalités  sur des thèmes  variés.
 
 LE SEJOUR DU CHEIKH REVISITE
La semaine culturelle qui a démarré ce 22 Octobre 2015 a Libreville, est une tribune pour international pour traiter de sujet d’intérêt général du genre ; l’Afrique peut elle s inspirer du mouridisme pour son développement. Ce sujet sera introduit  par l’éminent conférencier Serigne Cheikhouna Mbacke Abdou Wadod. L’universalité   du  message  du cheikh une évidence dont plus personne ne doute sera introduit par l’intellectuel Serigne Sam Bousso. Enfin Serigne Cheikh Anta Babou traitera du sujet qui colle le plus à l’événement. Cheikh Ahmadou Bamba au Gabon, l’histoire et la signification d’un exil.
Ce rendez vous important de hauts dignitaires de la voie avec une partie de la diaspora mouride a réuni une importante délégation conduite par Serigne Bassirou Mbacke Abdou Khadre le porte parole du khalife général des mourides. Dans le cadre des activités il est prévu une visite de sites ou le Cheikh avait séjourné lors de son exil. Il s’agit de Libreville, Mayomba, Cap Lopez   entre autres.  La diaspora mouride du Gabon mobilise comme un seul homme compte inscrire dans les annales du mouridisme cette semaine culturelle qu’elle veut mémorable.
Pour rappel, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké  de son vrai nom (Ahmad ibn Muhammad ibn Habib Allah) est aussi appelé  Khadimou Rassou l ce qui signifie « serviteur du prophète Mohamed (S.A.W  »). Au Sénégal il est aussi appelé  Serigne Touba ou le chef religieux de Touba). Il a vu  le jour dans la localité de Mbacké Baol en 1853.  Ce grand chef religieux d’envergure, dont la venue au monde a été signalée par Cheikh Oumar Foutyou Tall, a passé toute sa vie à enseigner et initié ses adeptes et a adorer le Seigneur Tout Puissant, conformément aux enseignements du sceaux des prophètes.
Son apparition sur la scène, qui n’a pas manqué de faire des jaloux, du fait de ses immenses connaissances, mais aussi de l’affluence sans cesse croissante de ses disciples en provenance de toutes les localités du pays, en fit une cible privilégié pour les calomniateurs de l’époque. L’administration coloniale,  informée des dits agissement de cet adorateur hors pairs du Seigneur, procéda comme de coutume, avec ceux qui entravaient leur mission colonisatrice.  Apres avoir fait l’objet d’accusations et ses quartiers de perquisitions infructueuses, l’administration coloniale n’abdiqua pas et procéda à son arrestation.
Il est retenu  dans a Saint-Louis, le siège du gouverneur de l’AOF (Afrique occidentale française), avant d’être envoyé en exil, en 1895, au Gabon.  En effet Cheikh Ahmadou Bamba aura séjourné sept ans au Gabon, suite aux accusations de l’administration coloniale, qui voyait en lui un potentiel danger. Pendant ce temps Cheikh Ahmadou Bamba  prêche avec succès la paix et promet le salut à ses disciples qui se seraient conformés à ses recommandations qui sont celles de Dieu et de son prophète dans l’islam Muhammad et fonde la ville de Touba en 1887.
L’administration coloniale qui poursuivait  ses investigations finit par le convoquer et lui faire un procès et justifie alors sa décision en affirmant : « il ressort clairement du rapport, que l’on a pu relever contre Ahmadou Bamba, aucun fait de prédication de guerre sainte, mais son attitude, ses agissements, et surtout ceux de ses principaux élèves sont en tous points suspects. » Il quitta ainsi le Sénégal, le 21 septembre 1895, après un douloureux et inoubliable passage de trois nuits à Dakar, pour une destination qu’il ne connut selon ses écrits qu’au cours de ce voyage à bord d’un bateau qui portait le nom de « Ville de Pernambouc ».
Il   arriva à destination au  Gabon après 52 jours de voyage. Cheikh Ahmadou Bamba ne quitta ce pays   qu’en 1902, blanchit de toutes les accusations malveillantes portés à son endroit. Il arriva au Sénégal le  11 novembre 1902 auréolé de gloire, non pour avoir tenu tête aux colons, mais pour avoir réussi la mission, qu’il s’était promis d’accomplir et qui l’avait conduit dés le départ a inviter les disciples a l’action de grâce.
 
Aujourd’hui le cordon ombilicale   qui lie Touba la cite religieuse de Khadimou Rassoul au Sénégal et le Gabon la localité ou le Cheikh a accompli sa mission,retrouve la sève nourricière de sa relation historique  avec la voie mouride, pour l’éternité.
                                                                                                                                                                                                                      Mamadou DIEYE/Mourides.info

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *