});












Gestion des frontières : Les défis de la Police nationale

= 1051

De l’air et des frontières (Paf), Abdoul Sall, a constaté, lors de la rencontre des mercredis de la police, que le Sénégal a des défis à relever pour faire face à la gestion de ses frontières. Il s’agit de moderniser les équipements de contrôle, d’équiper et de renforcer les ressources humaines,etc.

La gestion des frontières est une véritable équation pour les Forces de sécurité. Face à la montée de la menace djihadiste, la Police nationale veut plus de moyens financiers, techniques, humains… pour renforcer la sécurité du Sénégal. Lors de la rencontre des mercredis de la police, le commissaire divisionnaire,Abdoul Wahab Sall, a indiqué que les défis à relever, pour une bonne gestion des frontières, sont la modernisation des outils et les procédures de contrôle, les infrastructures, le maillage du territoire.

«Et nous devons collaborer davantage avec les pays limitrophes pour permettre à notre pays d’être au diapason de la modernité de la coopération bilatérale, multilatérale. Aujourd’hui, aucun pays au monde ne peut prétendre, à lui seul, faire face aux différents défis et problèmes que posent les frontières. Et la réflexion est en train d’être menée en Europe», a constaté le directeur de la Police de l’air et des frontières (Paf).

Que faire pour atteindre cet objectif ? Le commissaire Sall suggère que la question des migrants, des frontières, au-delà des enjeux nationaux, soit prise en charge par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). D’après lui, durant les sept premiers mois de 2015, près de 2 000 migrants ont péri en Méditerranée. «Et, chaque semaine, entre 4 000 et 5 000 migrants transitent par le Niger.

L’autre défi, c’est le terrorisme avec Boko haram. Par rapport à l’affaire Ebola, avant la fermeture des frontières entre le Sénégal et la Guinée, plus de 2 000 personnes, qui tentaient de franchir la frontière illégalement, ont été refoulées. Souvent, elles ne sont pas dotées de pièces d’identité», a soutenu le commissaire. Qui a rappelé que toutes les Forces de sécurité ont été impliquées dans la gestion de cette affaire.

Sur le plan maritime, le directeur de la Paf a fait état de la coopération entre le Sénégal et l’Espagne qui, avance-t-il, a permis au pays de renforcer le contrôle au niveau de ses frontières. «Ce dispositif a donné des résultats concrets parce que depuis cette date, on n’a enregistré aucun départ au niveau des côtes sénégalaises. Et il est cité en exemple par l’Union européenne qui fait face aux défis que pose la Méditerranée», souligne-t-il.

Le Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *