});












Grand cadre des syndicats d’enseignements sur la sortie de Serigne Mbaye Thiam: « Absence totale de dialogue »

= 782

Le Grand cadre des syndicats d’enseignants est monté au créneau pour fustiger la sortie du ministre de l’Education qui soutenait que le fil du dialogue «n’a jamais été rompu ou arrêté » dans la prise en charge des préoccupations syndicales. Satisfaits de leur deuxième plan d’actions à mi-parcours largement suivi par les enseignants, Mamadou Lamine Dianté et Cie ont estimé que Serigne Mbaye Thiam est aux abonnés absents, depuis la plénière du 17 février 2014 avec la signature du protocole d’accords « réaliste et réalisable », des rencontres du comité de suivi dont les résultats sont, jugent-ils, quasi nuls.

«Le ministre est mal placé pour parler de dialogue entre les syndicats et le gouvernement. Il est un abonné absent aux plénières de revue du protocole d’accords. Le dernier souvenir remontent au 17 février 2014 lors de la plénière de signature de protocole d’accords ». Tels sont les propos du coordonnateur du Grand cadre des syndicats d’enseignants, Mamadou Lamine Dianté, qui réagissait sur la sortie de Serigne Mbaye Thiam.

Le ministre de l’Education nationale avait soutenu que le niveau de mise en œuvre des points de revendication a été porté à leur connaissance de façon transparente, lors de la dernière réunion du Comité de suivi des accords du Protocole d’accords entre gouvernement et syndicats, pas plus tard que le 6 février 2015. Par conséquent, souligne-t-il, « le fil du dialogue n’a jamais été rompu avec les organisations syndicales dans la prise en charge de leurs préoccupations ».

Pour le Secrétaire général du Saemss-Cusems, « la dernière rencontre entre le ministre de l’Education et les syndicats d’enseignants remonte en juin 2014. Le dialogue dont il parle n’existe que dans son imaginaire ».

Tirant un bilan satisfaisant du plan d’actions pour exiger le respect du protocole avec une approbation des enseignants à la base, le vice coordonnateur du Grand cadre va plus loin en relevant que « le ministre ne fait que se défendre en jetant la balle dans le camp des syndicalistes. La réalité est visible : les enseignants n’ont pas leurs actes de reclassement, leur mise en solde. Force est de re connaitre que rien ne va. Il n’y a plus dialogue entre le gouvernement et les syndicats ».

Oumar Waly Zoumarou estime que «depuis la signature du protocole d’accords, il n’y a que Madame le ministre de la Fonction publique qui a tenu deux rencontres avec le comité de suivi. La dernière plénière qu’elle a convoquée, aucun ministre n’était présent. Concernant les négociations globales, il est aux abonnés absents depuis le 17 février 2014 ». Suffisant pour l’actuel Secrétaire général du syndicat des enseignants libre du Sénégal/originel de soutenir : « nous n’accepterons plus des mascarades de négociation où chaque ministre vient nous raconter des histoires, surtout que le gouvernement ne fait aucun effort pour nous satisfaire».

Parlant du protocole d’accords, Serigne Mbaye Thiam a précisé que « certains points du protocole peuvent être d’application immédiate mais d’autres points obéissent à un processus, parce que ce sont des actions à mettre en œuvre». Avant de poursuivre : «sur les 33 points qui ont fait l’objet d’évaluation, 18 points ont été appliqués, 10 sont en cours d’application, parce qu’obéissant à un processus et cinq n’étaient pas encore appliqués, parce que liés à la Loi-cadre sur les universités».

Pour rendre soutenable par l’État la prise en charge des revendications, M. Thiam a annoncé que «le ministère des Finances s’est engagé pour le début du mois de mars d’avoir l’évaluation financière et d’engager les discussions avec les syndicats».

Sud Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.