});












Grande muraille verte: Abdoulaye Baldé déplore la timidité de la mise en oeuvre

= 665

La Grande muraille verte avance à pas de caméléon. La timidité de la mise est œuvre est reconnue par le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé qui garde toutefois une lueur d’espoir quant à l’aboutissement du projet. Avant-hier, jeudi 20 août, il a présidé le démarrage de la campagne de reboisement 2015 à Widu Thienguoly dans le département de Linguère.

«Le projet avance timidement, je ne peux pas dire que je suis satisfait », a dit le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé qui était avant-hier, jeudi 20 août, à Widu Thienguoly dans le département de Linguère pour lancer la campagne de reboisement de la Grande muraille verte de l’année 2015. Abdoulaye Baldé de trouver toutefois qu’«il y a des raisons d’espérer, comparativement aux autres pays». Mieux, ajoute-t-il, «nous sommes pionniers et faisons beaucoup d’efforts. Le Sénégal est à 127 km pour un objectif de 500 au moment où d’autres pays qui ont 1000 km à reboiser n’ont pas encore commencé ou ils sont à une vingtaine de Km».

Cependant, la grande muraille verte est plombée par plusieurs difficultés parmi lesquelles la baisse de son budget de fonctionnement. Un fait dont est conscient le ministre de l’Environnement et du Développement durable. «Nous sommes conscients des problèmes de moyens. Vu l’ampleur des besoins et des objectifs qui sont assez ambitieux, la grande muraille verte a effectivement un problème de moyens», reconnait-il. Par ailleurs, ajoute-t-il, «l’Etat a choisi des experts pour un contrat de performance. Ainsi donc c’est à eux de dire, pour atteindre un tel objectif, il faut de tels moyens. C’est à partir de ce moment que l’Etat verra ce qu’il peut faire et donnera les moyens nécessaires permettant de suivre de façon rigoureuse l’objectif assigné». Abdoulaye Baldé d’indiquer, par ailleurs, que le projet sera soutenu pour le bénéfice des habitants de la zone.

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable trouve nécessaire le soutient à la Grande muraille verte car, selon lui, le but visé est la restauration de l’écosystème et la valorisation du potentiel des espèces existantes dans les sites. Cette année, les autorités de la Grande muraille vertes comptent reboiser 5000 hectares. S’agissant du souhait de l’Etat à reboiser 13 millions d’arbres, le ministre de l’Environnement et du Développement durable pense que l’objectif pourrait être atteint avec l’implication de tous. Ainsi Abdoulaye Baldé plaide pour une participation volontaire des jeunes et le renforcement des activités dans les sites de la Grande muraille verte.

Sud Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *