});

HSBC : 7765 clients africains pour 13,4 milliards de dollars.

= 990

Il fallait juste attendre un peu pour que les révélations sur les clients africains de la SHBC tombent. C’est chose faite maintenant. Ils sont 7765 clients du continent noir dont 309 sénégalais, 379 Ivoiriens ou encore 99 maliens pour une valeur totale de 13,4 milliards de dollars.

Ceux attendaient des noms vont vite déchanter. La très attendue liste des clients africains de la HSBC Private Banking à Genève est tombée mais sans donner de nom. L’ensemble des comptes identifiés dans cette banque, et qui ont pu être rattachés à un pays, représente un volume global de 13,4 milliards de dollars, appartenant à 7765 clients africains.

Egypte, Afrique du Sud, Maroc Champions

L’Egypte (3,5 milliards pour 700 clients), l’Afrique du Sud (2 milliards pour 1787 clients) et le Maroc (1,6 milliard pour 1068 clients) occupent les premières marches du podium africain de l’évasion de capitaux. Viennent ensuite l’Erythrée (sic), l’Algérie, le Kenya, la Tunisie ou encore la Libye informe agenceecofin.com qui a épluché la liste donnée par Consortuim international des journalistes d’investigation. Il ne s’agit là que des comptes d’une seule banque à Genève. Ainsi, par exemple, au Maroc, les experts évaluent l’ensemble des capitaux évadés du pays entre 45 et 70 milliards de dollars. HSBC Genève n’en hébergeait donc qu’une infime partie, entre 2 et 3%. Ce qui donne la mesure de l’ensemble de capitaux africains évadés sur l’ensemble des banques de gestion de fortune de la planète.

Sénégal-Côte d’Ivoire : Les Libano-Syriens en vedette

Pour ce qui concerne le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Mali l’ensemble des comptes identifiés dans cette banque qui ont pu être rattachés à un pays se chiffre à 787 sur les 7765 clients africains. Au Sénégal, informe Lemonde.fr, on retrouve de rares et discrets entrepreneurs qui n’ont pas souhaité répondre aux questions. Mais la majorité des millionnaires parmi les 309 détenteurs de compte sont des hommes d’affaires libanais implantés de longue date au pays de la Téranga (hospitalité, en wolof). Il en va de même en Côte d’Ivoire selon toujours Lemonde.fr, où la communauté libanaise monopolise le fichier client HSBC. Ils sont garagistes, dans la fourniture de matériaux de bâtiment, dans la construction ou dans l’importation, à la tête d’une chaîne de boulangeries ou de magasins alimentaires, leurs comptes sont parfois crédités de plus de 35 millions de dollars. Ils forment le club des millionnaires ivoiriens de HSBC. Dans les fichiers consultés par Le Monde Afrique, figurent aussi un petit-fils de Félix Houphouët-Boigny ou encore Patrick Bedié, fils de l’ancien président Henri Konan Bedié, et exportateur de chocolat et de cacao. Ce dernier fut détenteur d’un compte chez HSBC de 1992 à 2000. Une période qui correspond à la présidence de son père, renversé par un coup d’Etat le 24 décembre 1999. Patrick Bedié n’a pas souhaité répondre aux questions, comme la plupart des millionnaires d’Afrique subsaharienne de chez HSBC. Le secret bancaire suisse – ou ce qu’il en reste – compte de nombreux adeptes sur le continent.

Mali : « Tony » le magnifique

Ce qui n’est pas le cas au Mali. À Bamako, tout le gotha politico-économique connaît «Tony». Le pouvoir et la fortune d’Antoine Azar, 72 ans, attisent les convoitises. Mais cet homme d’affaires d’origine libanaise est indéboulonnable, quel que soit le pouvoir en place. Les Maliens qui en ont les moyens font leurs courses dans ses supermarchés, dansent dans sa discothèque, se distraient dans son bowling, et autres établissements du quartier de l’Hippodrome où il règne sur le business. Dans son entrepôt ultra-sécurisé, des défenses d’éléphants et un aquarium démesuré ornent le vaste bureau de cet ancien phalangiste libanais (chrétien) devenu un parrain de l’importation de produits manufacturés au Mali. Ce qui n’a pas manqué d’irriter les fonctionnaires du FMI qui pensaient entre autres à « Tony » lorsqu’ils ont conditionné le retour des aides au Mali, suspendues en juin 2014, au paiement des impôts de certains hommes d’affaires. Chez HSBC, « Tony » est de loin le plus riche des 99 Maliens détenteurs de compte, avec 35,3 millions de dollars en 2007. Le Monde Afrique promet de revenir plus en détail sur son cas.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *