});












Jean Charles Tall, architecte: « J’ai peur que la nouvelle ville de Diamniadio contribue à la macrocéphalie»

= 1234

Dans un entretien avec Sud Quotidien, l’architecte Jean Charles Tall a critiqué le projet de la nouvelle ville de Diamniadio.

« On aurait pu aller plus loin, parce que Diamniadio pour moi, c’est quand même la sortie de Dakar, et vous avez une conurbation : aujourd’hui vous n’avez pratiquement pas de rupture de continuité urbaine, entre le centre-ville de Dakar et Diamniadio. Donc j’ai peur que la ville de Diamniadio, la ville nouvelle de Diamniadio, non seulement soit une espèce de bouchon à la sortie de Dakar, mais contribue à la macrocéphalie de la région de Dakar. Il faut savoir qu’on a un ¼ de la population, sur 0, 57% du territoire national », a indiqué l’architecte.

 Pour M. Tall, on a des territoires entiers où il n’y a personne.

« Quand vous allez vers Kédougou, entre Tambacounda et Kédougou, vous avez un village tous les 10 kilomètres, et il y a des choses à faire. Dans le Ferlo aujourd’hui, il n’y a rien. Il y avait peut-être un certain nombre de projets, et peut-être que s’ils avaient été gérés de manière technique, un peu plus intelligemment, ils auraient permis cette décentralisation », ajoute-t-il.

A ses yeux, aujourd’hui il faut que l’on réfléchisse également au renforcement du rôle des villes secondaires.

« Quand j’étais petit, on nous récompensait en nous emmenant à Rufisque en promenade. Je ne suis pas sûr aujourd’hui, qu’il y ait beaucoup de Dakarois qui récompensent leurs enfants, en les emmenant visiter la ville de Rufisque. Donc ça veut dire que Rufisque avait un rôle important. Quand j’étais jeune, on allait à Kaolack en train ; j’étais au Prytanée militaire de Saint-Louis, et je n’y suis jamais allé en voiture. J’ai toujours pris le train. Aujourd’hui, mon fils, qui a 16 ans, n’a jamais pris le train au Sénégal, donc en fait les architectes ont l’obligation de participer à la réflexion sur la planification nationale, sur la planification du territoire, et la réflexion sur Diamniadio entre dans ce cadre », explique l’architecte.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *