});












Jean Félix Paganon, : « La France ne cédera pas face à la terreur »

= 3601

L’ambassadeur de France au Sénégal, a indiqué samedi 14 novembre, que la «France ne cédera pas face à la terreur». Actuellement en visite de six jours depuis le 12 novembre dernier dans le Nord du Sénégal auprès des projets réalisés par le programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement (Paisd), Jean Felix Pagano décidé par ailleurs de poursuivre son agenda.

C’est dans le Nord du Sénégal où il effectue depuis le 12 novembre une tournée auprès des localités bénéficiaires des projets du programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement (Paisd) que l’ambassadeur de France au Sénégal a réagi sur les attentats terroristes en plein Paris le vendredi dernier. S’exprimant lors d’une cérémonie sobre de dons de livres au lycée de Thilogne en signe de solidarité aux victimes des attentats meurtrières de Paris, le diplomate français qui a décidé de poursuivre sa tournée pour ne pas «faire la part belle aux terroristes» a condamné ces attaques qui visent à installer la terreur. Poursuivant son propos, il a toutefois averti que la «France ne cédera pas face à la terreur».

«Les terroristes cherchent seulement à installer la peur par la terreur. Mais, la France ne cédera pas à la terreur. Nous n’allons pas céder à la terreur», insiste Jean Felix Pagano lors de cette cérémonie dans l’enceinte de cet établissement secondaire construit et équipé par le Paisd en présence des autorités locales de Thilogne mais aussi des responsables du lycée.

Poursuivant son propos, l’ambassadeur de la France au Sénégal a également remercié ses hôtes pour les nombreux messages de solidarité et de soutien du peuple sénégalais à l’endroit du peuple français qu’il a lui-même reçu depuis le vendredi dernier.
En effet, de Thilogne à Fanaye en passant par Goléré, des élus locaux, à travers la personne de l’ambassadeur de la France au Sénégal, ont manifesté leur solidarité et leur compassion aux victimes des attentats de Paris.

Dans toutes ces localités, l’ambiance festive qui avait marqué l’accueil de la caravane de l’ambassadeur a laissé place à une ambiance empreinte de recueillement au lendemain des attaques contre Paris.

Dans son mot de bienvenu à la délégation, le maire, Sidy Kawori Dia a déclaré à l’ambassadeur que les «populations de Thilogne sont très touchées par ces évènements qui ont fait plusieurs victimes». Baignant dans cette même ambiance d’émotion, son collègue, Mamoudou Dème, édile de la commune de Goléré souligne que «la plupart de nos compatriotes vivant en France, y vivent comme des Français parce qu’ils sont Franco-sénégalais».

À Goléré, la délégation de l’ambassadeur a visité le poste de santé de la localité, construit et équipé par le Paisd. Dernière étape de cette troisième journée, la commune de Fanaye. Dans cette localité, l’ambassadeur de la France a présidé une cérémonie sobre de pose de la première du futur lycée de cette commune de 34 000 habitants.

Cette cérémonie s’est tenue loin des regards de la population locale tenue à quelque centaines de mètre par les éléments de la gendarmerie. Cet établissement dont la durée des travaux est fixée à 8 mois polarisera, une fois terminé, 42 villages.

SOMMET CLIMAT : La Cop 21 se tiendra à date échue

Le prochain sommet mondial sur le climat (cop21) prévu en fin nombre prochain à Paris se tiendra à date échue. L’assurance est de l’ambassadeur de la France au Sénégal, Jean Felix Pagano. Interpelé lors d’un point de presse dans le cadre de la tournée des dix ans du programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement (Paisd) dans le nord du Sénégal sur les conséquences des attaques terroristes de Paris sur ce sommet, Jean Felix Pagano a indiqué que malgré les attentats terroristes qui ont fait plusieurs victimes dans Paris le vendredi dernier, la France ne va pas reporter cette rencontre. Et pour cause, soutient-il, «reporté ce sommet reviendrait à faire la part belle aux terroristes». Cependant, le diplomate français à Dakar a précisé que l’État français prendra des mesures de sécurités supplémentaires pour renforcer le dispositif déjà annoncé depuis quelques temps pour ce sommet.

L’AMBASSADEUR DE LA FRANCE SUR LE PAISD : «C’est un programme où il y a un minimum de déperdition des fonds investis»

L’ambassadeur de la France a salué les réalisations du programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement (Paisd) dans le Nord du Sénégal. S’exprimant lors d’un point de presse organisé dans le cadre de la tournée des dix ans du Paisd le samedi 14 novembre dernier, Jean Felix Pagano a indiqué que le Paisd est un programme performant où il y a un minimum de déperdition des fonds investis. De son côté, le coordonnateur du Paisd annoncé la réorientation des actions du Paisd après ce bilan vers la création de l’emploi pour les jeunes dans les zones d’origines des migrants.

Lors d’un point de presse, conjointement animé le samedi 14 novembre dernier par l’ambassadeur de la France au Sénégal et Pape Birame Thiam, coordonnateur du Paisd par ailleurs, directeur technique de la coopération technique, Jean Felix Pagano s’est réjoui des réalisations du Paisd. Selon lui, le programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement (Paisd) est un «programme réussi», du fait de son appropriation par les sénégalais vivant en France, ce, malgré la brouille qui a été suscitée sur son utilité et son impact lors de son lancement, il y’a de cela dix ans.

«Le Paisd est un programme performant puisqu’il y a un minimum de déperdition des fonds investis. C’est également un programme ou l’impact des faits de levier est maximal. Sur le terrain, les réalisations témoignent qu’on a doublé, voire triplé l’impact de chaque euro dépensé en termes d’efficacité et de présence sur le terrain. Le Paisd agit dans les domaines prioritaires à la fois sur plan économique et sur le plan social à travers la construction des infrastructures éducatives et de formation professionnelle mais des infrastructures sociaux tels que les postes de santé», affirmé son excellence Jean Felix Pagano.

Abondant dans le même sens, Pape Birame Thiam a assuré que le Paisd, au regard de ce bilan largement positif, va se lancer dans la conquête de nouvel challenge. Car dit-il, «le phénomène migratoire doit aujourd’hui être fortement lié au phénomène de la pauvreté qu’on retrouve dans des zones de départ des migrants. Sous ce rapport, il a annoncé que le Paisd va désormais s’intéresser davantage à la question de l’emploi des jeunes au niveau même des zones de départ des migrants».

«Selon lui, le Paisd s’appuiera sur le réseau de 350 associations de sénégalais vivant en France pour aller vers la constitution d’une société de financement des investissements. Il a aussi annoncé un programme de financement d’une grosse exploitation agricole dans la commune de Diawara avec les ressortissants de cette localité».

Les discussions pour la constitution du capital estimé à 1200 millions de cette exploitation qui comprendra trois volets : production de maïs, transformation de ce maïs en semoule et un volet production aliment bétail est en cours avec les 1200 ressortissants de Diawara.
«L’objectif de ce projet, selon lui, est d’assurer l’emploi aux jeunes au niveau même des zones de provenance des migrants».

INFRASTRUCTURE : Rénovation de l’Hôpital d’Ourossogui par le Paisd
Lors du face à face avec la presse, le coordonnateur du Paisd est également revenu sur la situation actuelle de l’Hôpital d’Ourossogui. Et, c’est pour annoncer la rénovation prochaine de cet établissement sanitaire par le Paisd. Selon Pape Birame Thiam des discussions sont déjà engagées avec l’ensemble des ressortissants de la région de Matam en France. Et ces derniers ont fortement adhéré à ce projet d’hôpital régional. «Nous avons commis un architecte qui est en train de faire des études nécessaires pour son extension mais également pour la rénovation de l’existant», a annoncé Pape Birame.

Sud Quotidien

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *