});












Journée internationale de la Douane: Sous le sceau de la protection de l’économie nationale

= 671

Le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan chargé du Budget invite la Douane sénégalaise à faire de la ‘’protection de l’économie nationale’’ une de ses préoccupations. Birima Mangara présidait hier la cérémonie officielle de la journée internationale de la Douane.
La protection de l’économie nationale doit être au cœur des préoccupations de l’administration douanière. C’est l’appel lancé aux douaniers par le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances chargé du Budget. Birima Mangara présidait hier l’ouverture officielle de l’édition 2015 de la journée internationale de la Douane. La Douane sénégalaise, selon le ministre du Budget, participe beaucoup à la mobilisation des ressources budgétaires de notre pays.
Toutefois, il encourage les gabelous à renforcer la collaboration avec les autres acteurs qui interviennent au niveau des frontières, notamment la police, la gendarmerie, l’armée, les Eaux et Forêts ou les agents du contrôle sanitaire ou phytosanitaire. Cette année, le thème de la journée internationale de la Douane est : ‘’La gestion coordonnée des frontières, une démarche participative pour tous les acteurs concernés’’.

Selon, le directeur Général, Papa Ousmane Guèye, la Douane est dans une optique de gestion concertée. Dans les principaux postes frontaliers, ajoute-t-il, au niveau des portes d’entrée du nord, du sud-est, il y a une étroite collaboration avec les différentes forces qui y sont présentes. ‘’De l’autre côté de la frontière, la Douane a aussi des cadres de concertation. Nous avons des accords avec les différentes douanes des pays environnants et qui permettent de mutualiser nos efforts dans le cadre du contrôle des frontières’’, renchérit-il.

Par ailleurs, le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie invite la Douane à relever les nombreux défis qui l’interpellent. Il s’agit notamment de la contrefaçon, du trafic de stupéfiants, d’engins explosifs, de faux médicaments… ‘’Nos forces de défense et de sécurité se doivent de s’organiser pour apporter une réponse adéquate adaptée à ce phénomène. Sur le plan international, une réponse contre ce fléau s’impose’’, a dit Birima Mangara. Qui milite ainsi pour une ‘’gestion concertée entre les pays frontaliers’’, un ‘’cadre juridique adapté’’ et une ‘’coopération bilatérale ou multilatérale entre les Etats frontaliers’’.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.