});

La cour suprême confirme l’arrêté du ministre de l’intérieur: Cheikh Sidya Bayo « expulsé » vers la France

= 619

La Chambre administrative de la Cour suprême a confirmé la mesure d’expulsion prise par le ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo. Malgré, les réactions des organisations de défense des droits de l’homme qui ont entouré ladite décision, le leader politique gambien devra quitter le territoire sénégalais.

Cheikh Sidya Bayo serait-il sur le chemin du retour vers la France, suite à une décision rendue par la haute juridiction administrative? En tout cas la Chambre administrative de la Cour suprême a rendu une décision confirmant l’arrêté du ministre de l’intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, qui avait pris un arrêté demandant son expulsion du territoire sénégalais.
Cette décision est le fruit d’un long cheminement.

En effet, après avoir constaté que cheikh Sidya Bayo a manqué à son droit de réserve à travers le soutien au coup d’Etat manqué en Gambie, les autorités sénégalaises ont, par la voie du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique Abdoulaye Daouda Diallo, pris un arrêté pour l’expulser hors du territoire sénégalais. Jugeant la mesure administrative illégale, les avocats de Bayo ont saisi la Cour suprême de deux recours: l’un pour demander l’annulation de la mesure, l’autre pour demander que l’administration sursoie à executer sa décision.

Malgré ce recours suspensif en matière d’expulsion, le gouvernement était sur le point de le faire sortir du territoire en destination de la France dont il a la nationalité. Les organisations de défense des droits de l’homme(Amnesty international, Article 19/Afrique de l’ouest, Ligue sénégalaise des droits humains, Sidh/sénégal, Raddho) ont, dans un communiqué conjoint, “exhorté les autorités sénégalaises à surseoir à cette décision pour permettre à la Cour de statuer et d’éclairer sur le fond de la requête”.

L’avis exprimé est presque entendu puisque l’execution de la mesure d’expulsion est suspendue en attendant l’arrêt de la Cour suprême. Cette haute juridiction se trouvait dès lors enfermée dans un delai de huit jours pour se prononcer. C’est dire qu’en dépit de son état de santé qui s’est dégradé, Cheikh Sidya Bayo devra se soumettre à la décision d’expulsion en quittant le territoire sénégalais.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :