});












La mobilité des hommes et des paquets technologiques prônée

= 1239

Le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement compte « encourager de plus en plus » la mobilité des hommes et des paquets technologiques entre les zones nord et sud du Sénégal, pour réaliser l’autosuffisance en riz, a annoncé Pape Abdoulaye Seck. « S’il y’a un versant qui ne marche pas, incontestablement, on n’aura pas l’autosuffisance en riz », a relevé le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, dimanche à Djibélor, dans la région de Ziguinchor (sud).

 « C’est pourquoi, nous allons de plus en plus favoriser la mobilité des hommes entre le nord et le sud », a-t-il ajouté lors d’un entretien avec des journalistes, à la fin d’une visite qu’il effectuait au Centre de recherche de Djibélor et dans la vallée d’Essyl. Il était accompagné du directeur général de la Société nationale d’aménagement et d’exploitation des terres du delta du fleuve Sénégal (SAED), Samba Kanté. Pape Abdoulaye Seck a par ailleurs évoqué la question de la mobilité dans le domaine des paquets technologiques, précisant que ce recours devrait permettre à l’agriculture d’avancer « à pas de géants » dans ces deux parties du Sénégal pour l’atteinte de l’autosuffisance en riz. « Entre le nord et le sud, on va vers l’exploitation de complémentarité.
Ce qui se fait de bien au nord, on va essayer de le capitaliser au sud. Et ce qui se fait de bien au sud, on va aussi essayer de le capitaliser au nord », a-t-il déclaré. « Depuis l’indépendance, on a sous-estimé le potentiel rizicole de la Casamance. On avait toujours pensé qu’on pouvait nourrir le Sénégal en jouant sur la contribution de la vallée du fleuve Sénégal », a-t-il rappelé. « Dans tous les plans de développement rizicole, on attribuait 80% de la production à la zone nord et 20% à la zone sud et centre. Le gouvernement du Sénégal a décidé de revoir cette stratégie », a poursuivi le ministre. Selon Papa Abdoulaye Seck, « l’objectif fixé, c’est d’atteindre l’autosuffisance en riz d’ici 2017, avec 50% pour la riziculture irriguée et 40% pour la riziculture pluviale. Pape Abdoulaye Seck a évoqué d’autres projets initiés par le gouvernement en Casamance pour augmenter les rendements de la riziculture pluviale.
 Il a annoncé la réhabilitation des vallées, le relèvement du niveau technique des exploitations agricoles qui selon lui, « permettra non seulement d’augmenter la productivité mais aussi de diminuer la pénibilité du travail ». Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural effectue depuis dimanche une visite de travail de deux jours dans la région de Ziguinchor. Papa Abdoulaye Seck s’est rendu à Affignam pour visiter le barrage qui n’est plus fonctionnel depuis plusieurs années.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.