});

La Plateforme de Coordination des Organisations Mourides exprime son indignation envers « lequotodien »

= 10308

Le Masque du Mal

La Plateforme de Coordination des Organisations Mourides exprime ses plus vives protestations après la parution du récent numéro du journal « Le Quotidien » du 20 avril 2020 dont la une stigmatisante fut « Transmission communautaire : Touba-Mbacké, l’Axe du mal ».

La Plateforme HIMMA, qui regroupe l’essentiel des grandes organisations mourides, sous le Ndigël et l’autorité officielle du Khalife général des mourides, condamne d’autant plus cette ligne éditoriale gratuitement offensante du journal de Madiambal (allant bien au-delà des simples jeux de mots innocents) que les raisons suivantes auraient dû, à notre avis, largement suffire à l’en dissuader.

  1. La carte épidémiologique de la progression du Covid-19 au Sénégal montre clairement que le foyer le plus préoccupant du pays est actuellement Dakar, la capitale, dont l’on ne voit en quoi certaines agglomérations ne mériteraient pas mieux cette malheureuse qualification.

En effet, une question simple que beaucoup d’entre nous se sont aussitôt posés à la lecture de ce titre est : en quoi, par exemple, l’axe « Keur Massar-Médina-Almadies », ou l’axe « District Sud – District Ouest », qui ne comptent objectivement pas moins de cas, seraient-il moins porteurs de « mal » que la capitale des mourides ?

Pourquoi cet acharnement gratuit ?

  1. Les remarquables efforts du Khalife général des mourides, Serigne Mountakha, et des organisations communautaires mourides, leur collaboration active avec les autorités publiques dans la lutte contre ce fléau, salués par tous les acteurs, ne méritaient-ils pas d’être mieux valorisés et vulgarisés par cet organe à la place de ces sous-entendus malveillants ?

Qu’est-ce qui explique ce choix ostensible du Quotidien de ne dénicher systématiquement que les « trains mourides qui n’arrivent pas à l’heure » ?

  1. Le contexte actuel de mobilisation générale et de solidarité de tous les segments de la nation contre le fléau commun du Coronavirus, au-delà de toutes les appartenances particulières, requiert des différents acteurs, dont la presse, des attitudes plus responsables et plus justes que ces incartades de nature à dissiper inutilement les énergies et à diviser davantage la nation sur des bases subjectives (en s’attaquant gratuitement à leurs symboles et valeurs). Ainsi, même s’il restera toujours des choses à faire à Touba et ailleurs, les efforts en cours des autorités mourides (fermeture de marchés, organisation des lieux de culte etc.), telle la campagne de sensibilisation, à travers les leaders religieux, initiée au niveau de Touba par notre Plateforme, méritent d’être salués et mieux soutenus par les médias, car de nature à participer à l’endiguement de la pandémie.
  2. Sans tomber dans un esprit de complotisme envers ce quotidien (théorie qui gagne de plus en plus de terrain chez nos compatriotes), il nous semble permis de nous interroger sur les réelles motivations d’un harcèlement injustifié et injustifiable de ce journal envers notre communauté.

Surtout au vu des nombreux et récurrents précédents qui ont régulièrement jalonné le traitement délibérément tendancieux de la « question mouride » par ce journal, à travers des titres aussi accrocheurs qu’écorcheurs. Faudrait-il en arriver à croire, comme beaucoup le soutiennent actuellement dans les réseaux sociaux, que le journal de Madiambal est le bras armé de lobbies anti-mourides ou d’entités aux desseins plus obscurs et au pouvoir financier plus décisif ?

Ses attaques inexplicables, régulières et ciblées constituent-elles, plutôt, plus prosaïquement, un des multiples excès de nombre de nos médias qui, sous couvert de liberté d’expression et de droit à la critique, poursuivent en réalité d’autres intérêts moins avouables (financiers, buzz, conception anticléricale de la République, combats personnels de leurs propriétaires dont les accointances douteuses avec certains réseaux politico-financiers sont bien connues etc.) ?

Quelles que soient les véritables réponses à ces différents et légitimes questionnements, la Plateforme HIMMA tient à interpeller solennellement cet organe sur cette question. Et à lui rappeler son obligation de faire preuve de plus de responsabilité et d’objectivité dans le traitement de l’information portant sur notre communauté, nos valeurs et symboles.

En foi de quoi elle se réserve dorénavant le droit de prendre toutes ses responsabilités, et, ce, à tous les niveaux, en cas de persistance injustifiée de cet organe dans cette attitude délibérément stigmatisante et insultante envers notre communauté.

La liberté d’expression ne justifie pas tout.

Elle se doit de s’exprimer, en toute responsabilité et dans la mesure du possible, dans le respect des croyances et symboles sacrés de chaque citoyen.

Le monde s’est malheureusement et très violemment rappelé cette leçon élémentaire après les tragiques implications, au Rwanda, des dérives de la Radio des mille collines.

Il reste simplement à espérer que Madiambal ne prendra pas la responsabilité historique de faire de son journal le « Quotidien des mille collines » du Sénégal et devenir le véritable masque du Mal…


Liste des organisations membres de la Plateforme HIMMA

• Association RAWDU RAYÂHIN (pour la préservation du patrimoine intellectuel et des valeurs de la Mouridiya)
• Dahira MOUKHADAMATOUL KHIDMA (en charge de l’entretien de la mosquée de Touba et du culte dans la ville sainte)
• Association TOUBA CA KANAM (pour le développement de la ville de Touba, dans tous les domaines)
• Dahira SAFINATOUL AMÂN (pour la préservation de la sacralité de Touba et du respect des interdits dans la ville sainte)
• Dahira KHOUDÂM AL TURÂS (pour la préservation des valeurs de la Mouridiya)
• Daara HIZBU-T-TARQIYYAH
• RÂBITA (Ligue des écoles coraniques du Sénégal, section Touba)
• Jamâhatul KHUTABA WAL WAHÂZ (regroupant les imams et prédicateurs de la ville sainte)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :