});

Le Model, un parti sur lequel il faudra compter en 2017

= 2424

modelIl a été le seul et unique leader de parti politique à oser, aux moments où personne n’y pensait, aux moments où personne n’avait le courage à se mettre à dos le pouvoir de Me Abdoulaye Wade en tendant la main à Macky Sall alors opposant et leader de l’Apr.
On est en 2008. Macky Sall, victime de cabale politique est chassé de la présidence de l’Assemblée Nationale. Rares étaient les leaders politiques du Sénégal à avoir le courage de bâtir un projet politique avec l’ancien Maire de Fatick. Ibrahima Sall, président du Model l’a fait. Armé d’un courage politique suicidaire à l’époque, l’homme a franchi le Rubicon en nouant un partenariat politique stratégique avec l’actuel président de la République Macky Sall. Il a eu le flair, le bon flair. A l’époque, Macky Sall ne pouvait pas lui-même justifier cette initiative d’Ibrahima Sall qui lui a proposé la signature d’un protocole qui fut ratifié entre les deux camps. Rien ne prédisait cet avenir politique radieux du président Macky Sall. Tel un enfant, Ibrahima Sall a guidé les pas de Macky Sall dans l’opposition face au régime libéral.
Son élection à la tête de la coalition « Macky2012 » n’est pas un hasard. C’est le dividende d’une alliance politique cultivée et sincère entre ces deux frères SALL. Son parti le Model a été la référence. Et Ibrahima a encouragé d’autres formations politiques à rejoindre l’alliance notamment Aly Ngouy Ndiaye entre autres… Il a été la locomotive de cette victoire de Macky en 2012. Il est à la base du rapprochement entre le président Macky, Moustapha Niass et Ousmane Tanor Dieng. Avec le président Sall, le leader du Model a bravé la chaleur de Fatick, la pluie de Ziguinchor et les grenades lacrymogène de la police à la place de l’Obélisque pour le triomphe d’un idéal politique. Ce n’est pas tout. Car véritablement, Ibrahima Sall économiste de son état a porté sur ses épaules l’offre politique de Macky Sall sur les plateaux des télévisions, radios et dans le Sénégal des profondeurs. Il s’est engagé aux côtés de Macky Sall pour le porter à la tête du pays aux moments où l’évidence n’était pas du côté de l’enfant de Fatick.
Ibrahima Sall s’est personnellement investi dans la capitale du mouridisme pour semer les graines du succès du président de l’Apr. Et pourtant, le président Wade avait réussi le maillage de la ville sainte de Touba. Mais la crédibilité de l’actuel directeur de la Sicap a fait sauter le verrou que Wade et ses proches avaient dressés dans certains foyers religieux de Touba.
Ibrahima Sall est l’un des rares leaders politiques sénégalais qui n’ont jamais eu de démêlés avec la justice dans le cadre de leur travail. Sa gestion a été marquée par le sceau de la transparence et la droiture. Sall es un homme intègre, juste et honnête. Son passage dans le Gouvernement est marqué par un résultat satisfaisant. Lorsqu’il arrivait à la tête de ce département ministériel, Ibrahima avait trouvé une situation difficile. Tous les syndicats étaient en grève. Le système était bloqué. Les professeurs et les enseignants de tous les niveaux avaient menacé de boycotter les examens. On ne sait pas par quelle magie, Sall a réussi à faire sauter les goulots d’étranglement. Grâce à son entregent, à son esprit d’ouverture et à sa stratégie d’anticipation sur les problèmes, Ibrahima a réussi à mettre fin à la grève et à tenir les examens de fin d’année. On ne reviendra pas sur les financements décrochés en Europe par le département de l’Education.
Ibrahima Sall est un allié sûr du président Macky Sall. Il ne l’encombre pas. D’ailleurs, aux élections locales dernières, son parti a obtenu un résultat satisfait qui le classe dans le lot des cinq premiers partis du Sénégal. Sall a récolté plusieurs centaines de conseillers à travers le pays. Même l’Apr n’a pas eu ce courage d’aller aux élections locales seule. Le Model l’a fait et l’a réussi.
Dans le Baol, la coalition gouvernementale a été battue à Mbacké, Diourbel et environs. Et Ibrahima Sall pouvait contenir l’assaut de l’opposition dans ce Baol. Malheureusement, Macky ne l’a compris à temps. Le Model est devenu un parti national à l’image du Ps et du Pds.
Le Model a été la surprise des élections locales. Et à la présidentielle de 2017, rien ne se fera sans ce parti qui se positionne comme un troisième pôle entre le Benno Bok Yakar et l’opposition même s’il est encore membre de la coalition présidentielle.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :