});

Libération de Me El Hadj Amadou Sall : 2 avocats de Karim plaident au Quai d’Orsay

= 870

Encore une fois, une invitation est adressée à la France. Pour faire libérer Me El Hadji Amadou Sall, des avocats qui défendent Karim Wade ont adressé une lettre au ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, afin que ce dernier s’active pour la libération de leur confrère, membre du pool de conseils du condamné pour enrichissement illicite.

Au point d’embarquer des nationalistes pour la circonstance, les partisans de Me Abdoulaye Wade en ont voulu à Jean Félix Paganon, l’ambassadeur de France au Sénégal, qui espérait une peine de prison pour Karim Wade le 23 mars, alors qu’ils ne finissent pas de faire appel à Paris dans leurs dossiers. En effet, des avocats de Karim Wade ont fait appel à l’entregent du Quai d’Orsay pour tirer d’affaire un des leurs, Me El Hadji Amadou Sall. La Lettre du Continent révèle dans son édition d’hier que le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Paris, Pierre Olivier Sur, et l’un de ses prédécesseurs à la tête du barreau, Jean-René Farthouat, ont adressé le 18 mars dernier, une correspondance au ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, pour attirer son attention sur le cas de leur confrère sénégalais et non moins responsable libéral. Ce dernier est en détention depuis le 17 mars dernier à la prison du Cap manuel pour avoir notamment déclaré, lors d’un meeting, que «Macky Sall ne passerait pas une nuit de plus au Palais, si Karim Wade est condamné». Il a été par la suite poursuivi pour «atteinte à la sûreté et pour offense au chef de l’Etat». A travers cette lettre, les deux avocats remercient d’avance le ministre français des Affaires étrangères des démarches qu’il pourra «entreprendre pour qu’il soit mis fin à cette situation».

Paganon et «l’occasion de se taire»
Mes Sur et Farthouat ont défendu Wade-fils à Dakar et à Paris. Par conséquent, s’ils peuvent prendre une telle initiative pour leur collègue, ils pourraient aller plus loin dans leur demande d’implication des hautes autorités françaises pour libérer leur client. Quoi qu’il en soit, une médiation, initiée par le Quai d’Orsay dans cette affaire, ne saurait ignorer son ambassadeur en poste à Dakar. Lors de son passage à l’émission radiophonique Le Grand jury le 8 mars passé, Paganon avait déclaré qu’un «non-lieu pour Karim Wade» serait une surprise pour lui. Cette sortie a suscité de l’indignation dans l’entourage de l’ancien Président sénégalais qui, du reste, ne cessait d’inviter la France et les Etats-Unis dans le dossier judiciaire de son fils. Le coordonnateur du Parti démocratique sénégalais, Oumar Sarr, avait répondu à l’ambassadeur de France au Sénégal en ces termes : «Jean Félix Paganon se croit en territoire conquis.» Me El Hadji Amadou Sall, lui-même, avait pris sa plume pour répondre au diplomate français : «Jean Félix Paganon a raté une belle occasion de se taire !»

Me El Hadj Amadou Sall

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *